Cofinimmo, une maison qui est loin d’être de tout repos…

La maison De Gerstiens, à Erembodegem, fait partie des 15 sites acquis par Cofinimmo.
La maison De Gerstiens, à Erembodegem, fait partie des 15 sites acquis par Cofinimmo. - D.R.

La plus grosse transaction immobilière de l’année en Belgique et la plus grosse transaction en immobilier de santé de ces dix dernières années. » C’est en ces termes que Gunther De Backer, responsable de la communication chez Cofinimmo, commente la transaction réalisée la semaine dernière par la SIR (Société immobilière réglementée) : 15 maisons de repos et de soins ajoutées au portefeuille belge pour un investissement chiffré à 300 millions d’euros. « Mais il ne s’agit pas de la plus grande transaction réalisée par Cofinimmo qui, par le passé, avait déjà racheté le portefeuille d’AB Inbev pour 420 millions d’euros », précise notre interlocuteur.

Chez Cofinimmo, on précise que l’opération s’est faite d’une part via l’apport en nature des actions d’une société détentrice de sept immeubles et, d’autre part, via l’apport en nature des huit autres immeubles. Les apports en nature se sont élevés à 270,4 millions d’euros et 2,6 millions de nouvelles actions ordinaires ont été émises. Ces opérations représentent un renforcement de l’ordre de 270 millions d’euros des capitaux propres de Cofinimmo.

A la barre de la SIR depuis un an, le CEO Jean-Pierre Hanin ne peut que se réjouir du coup de tonnerre qu’il a fait résonner dans le ciel de l’immobilier belge. L’opération a été bouclée en à peine trois mois. « Elle démontre que nous surveillons étroitement notre premier marché domestique, en parallèle à notre développement géographique des dernières années », déclare-t-il. « Finalement, nous réalisons un renforcement de 270 millions d’euros de nos capitaux propres qui pourront être utilisés pour financer d’autres investissements. »

Les sites acquis représentent une superficie hors sol de 100.000 m2 et ont une capacité de 1.576 unités, dont 1.480 destinées à des personnes âgées très dépendantes et 96 unités prévues pour des personnes âgées qui souhaitent vivre de façon autonome en faisant appel à des soins et services sur demande. Autre fait à signaler : les quinze sites sont répartis dans les trois Régions du pays.

Cette acquisition choc s’inscrit dans la lignée de la stratégie mise en place par le nouveau CEO, qui est d’investir davantage sur le long terme afin d’offrir une plus grande stabilité aux actionnaires. Tandis que dans le domaine des bureaux, les baux sont d’une durée de 4 et 6 ans, ceux signés avec les maisons de repos sont de 27 ans. Mais il y a également une autre raison. « Si notre portefeuille en soins de santé dépasse les 60 %, la taxation de notre précompte mobilier baissera à 15 % », note Gunther De Backer. « Pour l’instant, nous en sommes à 54 %, nous devons encore acheter un peu… »

Depuis l’arrivée de Jean-Pierre Hanin, Cofinimmo ne connaît pas de répit. En 2018, la SIR a acheté pour plus de 300 millions d’euros, une somme déjà atteinte cette année… en juin. « Il est clair que le CEO met le turbo sur la croissance de la société », sourit Gunther De Backer. « Tandis que notre portefeuille d’immeubles de placement dépasse aujourd’hui le cap des 4 milliards d’euros, notre taux d’endettement est descendu à 41 %. Et quand vous saurez qu’une SIR peut s’endetter jusqu’à un maximum de 65 %, vous comprendrez que nous avons encore à notre disposition beaucoup de munitions pour réaliser d’autres opérations… »

Le portefeuille de Cofinimmo comprend désormais 54 % en immobilier de santé et environ 67 % en Belgique. « Nous allons continuer à investir dans l’immobilier de santé, mais pas qu’en Belgique », conclut Gunther De Backer. « Nous sommes déjà présents en France, Allemagne et aux Pays-Bas, mais d’autres pays européens sont dans le radar. »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Au fédéral et dans les Régions, on en est encore à se demander qui est compétent.

    Vacances à l’étranger: la confusion règne

  2. B9723939574Z.1_20200706213512_000+GMTG9NRT6.1-0

    Le Dr Philippe Devos: «La seconde vague, possible fin août ou fin septembre»

  3. d-20200423-GFZ582 2020-04-22 17:59:40

    Soins de santé: le plan qui valait 800 millions d’euros

La chronique
  • Port du voile à l’école: une solution typiquement belge

    Le port du voile continue à diviser la société et le monde intellectuel, même si le débat à son propos s’est effiloché, sans doute par lassitude. En temps normal, l’arrêt que la Cour constitutionnelle lui a consacré le 4 juin dernier aurait davantage attiré l’attention des médias que cela n’a été le cas.

    Cet arrêt prend sa source dans le règlement d’ordre intérieur de la Haute école Francisco Ferrer. Cette école supérieure de la ville de Bruxelles – donc une école publique – a adhéré au régime de neutralité défini par le décret de la Communauté française du 31 mars 1994, et a adopté un règlement d’ordre intérieur qui interdit le port de tout symbole politique, philosophique ou religieux. Ce règlement est contesté par des étudiantes musulmanes qui veulent pouvoir porter le voile pendant les cours.

    Le conflit de principes est clair. Aux yeux de la ville de Bruxelles, le souci de créer un environnement éducatif totalement neutre impose d’interdire tout symbole convictionnel, notamment afin de protéger les étudiantes de confession musulmane qui ne...

    Lire la suite

  • Non, il n’y a pas de plan «retour», et c’est un scandale

    C’est comme si le gouvernement découvrait le 6 juillet que les vacances commencent le premier », nous déclare Philippe Devos, le chef urgentiste du CHC Liège. C’est très dur, mais ce qui est affligeant, et en fait extrêmement triste, c’est que c’est la réalité.

    Il y a deux semaines, après le dernier Conseil national de sécurité (CNS), nous avions interrogé : « Mais qui va veiller sur nous cet été ? » Notre impression était que les gouvernements et le GEES nous disaient...

    Lire la suite