Bluestone Invest débarque à Liège

La clinique Saint-Joseph est l’un des trois sites du CHC racheté par  Bluestone Invest qui déménagera vers le MontLégia.
La clinique Saint-Joseph est l’un des trois sites du CHC racheté par Bluestone Invest qui déménagera vers le MontLégia. - D.R.

Encore relativement inconnu sur la scène belge, le promoteur bruxellois Bluestone Invest a frappé un grand coup en acquérant trois terrains du côté de Liège pour un total avoisinant les 100.000 m2 sur lesquels il compte bâtir quelque 1.000 logements. Ces trois terrains abritent chacun trois cliniques du CHC (Centre hospitalier chrétien) qui émigreront dès février 2020 vers la nouvelle (méga)clinique du MontLégia, en phase de finalisation à l’entrée de Liège.

Au CHC Saint-Joseph (dans le quartier Sainte-Marguerite, non loin de la place Saint-Lambert), Bluestone Invest va s’intégrer au nouveau schéma directeur de la Ville et projette de construire du résidentiel et des commerces en rez-de-chaussée. « Il y aura entre 200 et 300 logements, un parking souterrain et une nouvelle destination encore à définir, peut-être un hôtel, qui prendra la place d’un couvent existant sur le site », explique Paul Van Butsele, patron de Bluestone Invest qu’il a créé en 2012 et qui emploie aujourd’hui huit personnes. « Il y a aussi une chapelle mais celle-ci devrait être conservée. »

Au CHC Espérance, à Montegnée (commune de Saint-Nicolas), quartier dynamique à très forte mixité, les architectes plancheront bientôt sur la construction de 240 logements et des commerces. Enfin, au CHC Saint-Vincent, à Rocourt, les 34.000 m2 du site accueilleront à terme un lotissement d’une centaine d’appartements et autant de maisons, la clinique devant quant à elle être transformée en maison de repos.

Débarquer à Liège quand on est originaire d’Audenaerde, en Flandre-Orientale, n’est pas une sinécure. « Très franchement, je ne connaissais rien à Liège », avoue modestement Paul Van Butsele. « Mais j’ai découvert là-bas un autre monde peuplé de gens ouverts et très accueillants, et qui ont de surcroît une très forte volonté à aller de l’avant. Nous avons le total soutien des autorités communales car elles veulent avancer au plus vite. »

Les sites désormais acquis, Bluestone Invest va entrer dans la phase concrète des différents projets : dessin des plans (par le bureau liégeois d’Altiplan) et dépôt des permis (ils ne sont pas attendus avant la mi-2021). Il faudra ensuite tabler sur 5 à 7 ans pour la construction proprement dite.

On le voit, les projets ne sont pas pour tout de suite. « Redévelopper près de 100.000 m2, c’est pratiquement construire une nouvelle ville », sourit Paul Van Butsele. « Quand on m’a proposé ces projets, j’ai réfléchi quelques semaines. Ce qui m’a décidé ? La vision que nous pouvons apporter dans ces quartiers et qui va changer la vie des habitants. On a à notre disposition un terrain énorme pour nous exprimer et ça, c’est amusant car nous allons fournir des logements mais aussi une belle panoplie de services. »

Il est encore trop tôt pour parler budget, mais une première estimation globale fait état de 200 millions d’euros. Pas mal pour un promoteur à qui l’on doit jusqu’ici des projets mineurs, mais néanmoins réussis, comme la Bonneterie, à Anderlecht (56 appartements, tous vendus et occupés), ou encore A Koté De, un projet qui accueille 250 étudiants sur un terrain planté en bordure du ring, toujours à Anderlecht, à côté duquel Bluestone Invest est occupé à son troisième projet bruxellois (construction de 207 appartements).

Quand on demande à Paul Van Butsele le type de logements qu’il compte livrer à ses futurs propriétaires liégeois, il dit, avec l’humour qui le caractérise : « Du standard abordable, c’est-à-dire de la bonne qualité à un prix raisonnable, comme chez Colruyt… »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. © Mathieu Golinvaux.

    Arno à l’AB: un résumé parfait de ses 50 ans de carrière

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite