Bluestone Invest débarque à Liège

La clinique Saint-Joseph est l’un des trois sites du CHC racheté par  Bluestone Invest qui déménagera vers le MontLégia.
La clinique Saint-Joseph est l’un des trois sites du CHC racheté par Bluestone Invest qui déménagera vers le MontLégia. - D.R.

Encore relativement inconnu sur la scène belge, le promoteur bruxellois Bluestone Invest a frappé un grand coup en acquérant trois terrains du côté de Liège pour un total avoisinant les 100.000 m2 sur lesquels il compte bâtir quelque 1.000 logements. Ces trois terrains abritent chacun trois cliniques du CHC (Centre hospitalier chrétien) qui émigreront dès février 2020 vers la nouvelle (méga)clinique du MontLégia, en phase de finalisation à l’entrée de Liège.

Au CHC Saint-Joseph (dans le quartier Sainte-Marguerite, non loin de la place Saint-Lambert), Bluestone Invest va s’intégrer au nouveau schéma directeur de la Ville et projette de construire du résidentiel et des commerces en rez-de-chaussée. « Il y aura entre 200 et 300 logements, un parking souterrain et une nouvelle destination encore à définir, peut-être un hôtel, qui prendra la place d’un couvent existant sur le site », explique Paul Van Butsele, patron de Bluestone Invest qu’il a créé en 2012 et qui emploie aujourd’hui huit personnes. « Il y a aussi une chapelle mais celle-ci devrait être conservée. »

Au CHC Espérance, à Montegnée (commune de Saint-Nicolas), quartier dynamique à très forte mixité, les architectes plancheront bientôt sur la construction de 240 logements et des commerces. Enfin, au CHC Saint-Vincent, à Rocourt, les 34.000 m2 du site accueilleront à terme un lotissement d’une centaine d’appartements et autant de maisons, la clinique devant quant à elle être transformée en maison de repos.

Débarquer à Liège quand on est originaire d’Audenaerde, en Flandre-Orientale, n’est pas une sinécure. « Très franchement, je ne connaissais rien à Liège », avoue modestement Paul Van Butsele. « Mais j’ai découvert là-bas un autre monde peuplé de gens ouverts et très accueillants, et qui ont de surcroît une très forte volonté à aller de l’avant. Nous avons le total soutien des autorités communales car elles veulent avancer au plus vite. »

Les sites désormais acquis, Bluestone Invest va entrer dans la phase concrète des différents projets : dessin des plans (par le bureau liégeois d’Altiplan) et dépôt des permis (ils ne sont pas attendus avant la mi-2021). Il faudra ensuite tabler sur 5 à 7 ans pour la construction proprement dite.

On le voit, les projets ne sont pas pour tout de suite. « Redévelopper près de 100.000 m2, c’est pratiquement construire une nouvelle ville », sourit Paul Van Butsele. « Quand on m’a proposé ces projets, j’ai réfléchi quelques semaines. Ce qui m’a décidé ? La vision que nous pouvons apporter dans ces quartiers et qui va changer la vie des habitants. On a à notre disposition un terrain énorme pour nous exprimer et ça, c’est amusant car nous allons fournir des logements mais aussi une belle panoplie de services. »

Il est encore trop tôt pour parler budget, mais une première estimation globale fait état de 200 millions d’euros. Pas mal pour un promoteur à qui l’on doit jusqu’ici des projets mineurs, mais néanmoins réussis, comme la Bonneterie, à Anderlecht (56 appartements, tous vendus et occupés), ou encore A Koté De, un projet qui accueille 250 étudiants sur un terrain planté en bordure du ring, toujours à Anderlecht, à côté duquel Bluestone Invest est occupé à son troisième projet bruxellois (construction de 207 appartements).

Quand on demande à Paul Van Butsele le type de logements qu’il compte livrer à ses futurs propriétaires liégeois, il dit, avec l’humour qui le caractérise : « Du standard abordable, c’est-à-dire de la bonne qualité à un prix raisonnable, comme chez Colruyt… »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Mercredi soir, Sabine Laruelle et Patrick Dewael ont été chargés d’une mission royale, un an et 63 jours après la chute du gouvernement Michel, 269 jours après les élections. Et l’on ne voit toujours rien venir... 
© Belga.

    Former un gouvernement. Comment font-ils ailleurs?

  3. «
La Monnaie 
! C’est ici que j’ai découvert mes premiers spectacles quand j’étais ado que mes parents m’emmenaient voir. Son directeur Peter de Caluwe y a fait venir «
Vessel
» sans l’avoir vu. Et il y a dix ans, on y créait «
Babel
» avec Larbi. Enfin, c’est quand même ici que la Belgique a surgi
: une révolution commencée par les arts
! Et c’est aujourd’hui la seule institution fédérale qui connecte encore notre Belgique divisée».

    Les racines élémentaires de Damien Jalet: «Madonna m’a aidé à vivre. J’avais 11 ans, j’étais fou de son énergie»

La chronique
  • Répondre au populisme?

    Ce début du XXIe siècle est marqué en Occident par le retour du populisme. Trump aux Etats-Unis, Bolsonaro au Brésil, Salvini en Italie, Orban en Hongrie, le Vlaams Belang en Belgique…, la liste est longue de ces leaders ou partis qui en appellent à la souveraineté du peuple pour s’affranchir des règles et des institutions, promouvoir un projet qui se dégage des cadres et des valeurs de l’Etat de droit. Ce constat soulève régulièrement une double question : faut-il discuter avec ceux et celles qui défendent un projet dangereux pour la démocratie ? Si oui, quelle stratégie adopter pour contrer un discours qui connaît un succès certain, parce qu’il vise cette part sombre que nous avons chacun en nous ?

    Faut-il répondre au populisme ?

    Faut-il débattre avec les populistes ? En Belgique, cette question se traduit ces derniers temps par « faut-il débattre avec l’extrême droite »...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite