Julie Allemand, meneuse à Lyon, connaît bien la France: «Cela reste un match particulier»

Photo News
Photo News

Une nation de basket que connaît particulièrement bien Julie Allemand, la meneuse de Lyon ASVEL qui a disputé sa 2e saison dans l’Hexagone, avec fin mai, un titre de champion de France.

« C’est un match particulier parce que je les connais bien maintenant. Et je les aime bien. L’an dernier, il y avait une grosse envie de les tuer (en quarts de finale de la Coupe du monde à Tenerife, NDLR). Il y a toujours cette envie, mais peut-être je suis plus respectueuse. Cela dit, demain, on va tout donner et on fera abstraction de tout ça », a confié la Liégeoise, 22 ans, à l’issue de l’entraînement mercredi après-midi à Belgrade, qui admet que la France, c’est plus fort.

« C’est très complet, c’est non seulement fort à chaque poste, mais en plus tous les postes sont doublés. Il y a peut-être des filles blessées, mais c’est la France, pas la Belgique, elles ont toujours sous la main une fille de même niveau pour venir remplacer une blessée. Et je me demande même si elle n’est pas plus costaude que l’an dernier avec Hartley (Bria, une meneuse américaine naturalisée) qui est forte offensivement et qui prend pas mal d’options. On voit Epoupa (Olivia, l’autre meneuse) qui est bien dans son championnat et apporte énormément d’énergie ».

Le potentiel français n’est pas comparable au noyau belge. « Juste qu’elles ont aussi un problème de rebonds, comme nous. Au moins on est pareilles à ce niveau-là », plaisante Julie Allemand, qui estime que l’on n’a pas encore vu le vrai visage des Belgian Cats. « Le niveau, on l’a. Il est quelque part en nous. Jusqu’ici, à l’Euro il y a deux ans ou au Mondial, tout se passait bien, mais à présent on doit réagir. Et c’est là que l’on reconnaît les grandes équipes. On n’a pas encore montré ce que l’on valait vraiment, mais je reste confiante. On peut le faire, il faut juste un déclic. En plus si demain, on arrive à créer l’exploit, il y a derrière soit la Hongrie, soit la Grande-Bretagne. Mais au-delà de cette perspective, si on peut battre la France, ça veut dire beaucoup sur nous-mêmes. On y pense, mais il faut rester focus d’abord sur ce quart de finale et sur notre premier objectif. Il faudra commettre le moins d’erreurs possible et se battre pour notre rêve. »

Un succès qualifierait la Belgique pour une demi-finale samedi contre les Britanniques ou les Hongroises. Une défaite et un match de barrage ensuite samedi aussi contre le perdant de Hongrie/Grande-Bretagne offrira un billet pour les tournois pré-olympiques en vue de Tokyo 2020, réservé aux six premiers de cet Euro.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Deliveroo nous a fait signer une nouvelle convention. Conséquence
: je gagne entre 20 et 30
% de moins qu’avant. On me paie 5,32 euros la course désormais
», affirme un livreur.

    Deliveroo, Uber Eats, Takeaway: les coursiers, toujours en dernière ligne

  2. Grâce à un single, la machine marketing du deuxième opus a été lancée avant même la sortie du film.

    L’effet Reine des Neiges, ou comment Disney règne sur le box-office

  3. Jennifer Williams, conseillère spéciale du vice-président américain Mike Pence, et le lieutenant-colonel Alexander Vindman, membre du Conseil de sécurité nationale
: deux témoignages majeurs devant la commission du Renseignement de la Chambre qui mène l’enquête au pas de course.

    L’«affaire ukrainienne» de Trump racontée par des témoins directs

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Mesdames, Messieurs, la Commission! Enfin…

    On croyait que les affaires courantes étaient une spécialité belge. Mais depuis un mois, on a découvert que l’Europe nous les enviait au point de les adopter. La Commission von der Leyen, qui devait entrer en fonction le premier novembre dernier, est en effet restée dans les paddocks bruxellois faute d’être au complet.

    Mais ces affaires courantes, qui font déjà mauvais genre chez nous, faisaient carrément tache pour une Union européenne déjà accusée de paralysie quand la Commission est de plein...

    Lire la suite