Coalition à Bruxelles: les négociateurs bruxellois s’imposent un couvre-feu médiatique

Rudi Vervoort, lors des consultations en vue de former le gouvernement bruxellois.
Rudi Vervoort, lors des consultations en vue de former le gouvernement bruxellois. - PhotoNews

Les négociateurs des six formations en recherche d’un accord de majorité en Région bruxelloise ont décidé mercredi, lors de leur réunion du jour consacrée à l’économie, l’emploi et la formation, de s’imposer un couvre-feu médiatique.

La mobilité dans tous ses états au menu des négociateurs bruxellois

En cause, selon certains d’entre eux, les informations (très) partielles diffusées à propos de leurs travaux et de nature à agir sur le climat ambiant que certains ont cependant continué à décrire comme positif.

« Trop de choses sont dites dans la presse »

« Quand on lit déjà sur les réseaux tout ce dont nous discutons… trop de choses sont dites dans la presse », a affirmé le formateur Rudi Vervoort (PS). Mais selon lui, « tout va bien ». On ignorait donc à la fin de la réunion si le volet économie, emploi et formation avait pu être abordé dans son entièreté.

Charles Michel au Conseil européen : les scénarios pour le poste de Premier ministre

« Nous avons fait ce que nous souhaitions faire », a laconiquement lâché un des participants, en quittant le parlement bruxellois. « L’atmosphère est bonne. Nous avons bien travaillé », a répété, comme à l’issue des premiers jours, le ministre socialiste flamand Pascal Smet.

Officiellement, le silence de mise sur la date la reprise des discussions ainsi que sur leur contenu. On a toutefois appris que les négociateurs avaient prévu de se revoir jeudi matin à 9h30.

Bruxelles: un gouvernement pour le 21 juillet?

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous