Accueil Opinions Chroniques

Campagne présidentielle: 24 démocrates américains, Trump et nous

Depuis quelques semaines, la course à l’investiture présidentielle est officiellement lancée dans le camp démocrate. Paradoxalement, après trois ans d’une présidence républicaine clivante et brutale, le Parti n’a pas été à même jusqu’ici de présenter des candidats incontestables et rassembleurs.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 5 min

L’été sera caniculaire au sein du Parti démocrate américain. Depuis quelques semaines, la course à l’investiture présidentielle est officiellement lancée et 24 candidates et candidats se bousculent sur la ligne de départ. Le marathon va durer jusqu’à la Convention nationale en juillet 2020 à Milwaukee, qui désignera le « ticket » chargé d’affronter l’actuel locataire de la Maison blanche.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Tanghe Michel, mardi 23 juillet 2019, 23:30

    Respirons profondément et gardons notre calme. Nous sommes à quelques décennies d'offrir une deuxième chance aux dinosaures. Longue et heureuses vies aux banquiers qui nous dirigent…

  • Posté par Naeije Robert, samedi 6 juillet 2019, 6:56

    En se prononçant (à mains levées!) pour l'assurance médicale obligatoire et l'enseignement gratuit pour tous, y compris pour les immigrants clandestins dont on ne fait rien pour endiguer l'arrivage de plus en plus massif, les candidats démocrates se sont livrés à un véritable suicide collectif. La moyenne des votants US ne veut pas y consacrer les fruits d'une économie redevenue florissante. Il n'y a pas jusquy'à présent de nouveau Clinton ("the economy, stupid!!!) Si rien ne change, la réélection de Trump est assurée

  • Posté par Deckers Björn, dimanche 7 juillet 2019, 19:56

    Vous avez probablement raison sur le pronostic. En effet, en optant pour un programme progressiste dans une période propice à toutes les régressions individualistes, les démocrates se condamnent probablement à l'échec à la présidentielle de 2020. Cela étant dit, rien n'est écrit. Si l'Europe (et les USA) n'acceptait pas régulièrement sa part d'immigration, le problème de la pyramide d'âge de la population qui devient déjà ultrasensible serait pire encore. Nous sommes sous le taux de renouvellement des populations, ce qui condamnent nos nations (le problème est exactement le même aux USA) à avoir une population âgées de plus en plus lourde dans la pyramide des âges, une situation bien plus dangereuse encore socialement et économiquement qu'accepter une part d'immigration qui peut par contre réguler ce problème. Après, vous avez raison, souhaiter l'enseignement gratuit ou moins couteux est à l'évidence une politique d'investissement et non de coût mais ce sera rapporté comme une gabegie. Et les Américains dépensent plus que les belges pour la santé pour une politique nettement moins efficace et nettement plus inégalitaire, mais là aussi, ils se laisseront fort probablement berner par les lobbystes (on a vu l'efficacité de ceux-ci lors du combat de l'Obamacare). Au final, je préfère largement que les démocrates continuent leur travail de fond de pédagogie que la période Clinton, où il s'agissait de faire du Raegan en limitant la politique progressiste aux questions de société. Alors les démocrates perdront-ils la présidentielle de 2020? Tant qu'à faire, pourvu que ce soit sur leurs idées et leur principes que sur ceux des autres. Tant qu'à faire, mieux vaut perdre une élection que perdre son âme.

  • Posté par Grulois Stanislas, vendredi 5 juillet 2019, 13:28

    J'espère que les médias vont enfin commencer à s'intéresser à la campagne de Beto O'Rourke.

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs