Accueil Monde États-Unis

Etats-Unis: Donald Trump a son défilé militaire du 4 juillet, contre l’avis des généraux

Des chars d’assaut et un discours de Donald Trump pour accompagner les traditionnels feux d’artifice : la capitale des Etats-Unis connaissait ce jeudi une fête nationale du 4 juillet très différente de celles qui l’ont précédée, avec un président au centre de célébrations d’ordinaire apolitiques.

Article réservé aux abonnés
Correspondant aux Etats-Unis Temps de lecture: 3 min

Même à l’âge de Trump, le 4 juillet demeure un de ces rares moments de communion populaire outre-Atlantique, où un patriotisme bon enfant réconcilie brièvement un peuple profondément divisé, politiquement ultra-polarisé. Du moins jusqu’à ce jeudi. Pour la première fois, un président des Etats-Unis a décidé de transformer « Independence Day » en une grand-messe martiale et partisane. Le magnat new-yorkais avait été ébloui par le défilé militaire du 14 juillet 2017 en France, dont il était l’invité d’honneur. Pourquoi s’enthousiasmer devant d’ennuyeux feux d’artifice, lorsqu’on pourrait exhiber la toute-puissance militaire américaine devant les caméras ? Et s’attribuer le premier rôle en posant à la Mussolini, menton relevé, devant la troupe ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Lucas Danièle, vendredi 5 juillet 2019, 11:21

    Et bientôt, vous apprendrez que ce 'great stable genius' s'est vanté que, lors de la guerre d'indépendance (1775), l'armée américaine s'est emparée des aéroports! (sic)!

  • Posté par Grulois Stanislas, jeudi 4 juillet 2019, 21:12

    Mais qu'est-ce qu'il est de plus en plus pathétique ce blondinet de Pennsylvanie Avenue. Si des américains vivant en Belgique lisent cet article, je vous en conjure... dégagez ce type de la maison Blanche lors des prochaines élections présidentielles. Il vous fait honte. J'ose espérer que vous vous en rendez compte. Et compte tenu de ses exactions passées, sa vraie place est à St Quentin...

  • Posté par Smyers Jean-pierre, vendredi 5 juillet 2019, 9:56

    Saint Quentin? Par pitié non, Guantanamo, c'est plus loin de chez nous (NIMBY!)

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs