Quand Donald Trump tente de s’approprier la fête nationale du 4 juillet

Quand Donald Trump tente de s’approprier la fête nationale du 4 juillet

Des chars d’assaut exposés dans le centre de Washington, dans une effervescence inhabituelle : la capitale américaine préparait activement mercredi la fête nationale du 4 juillet, dont l’ordonnancement a été bouleversé par Donald Trump, certains déplorant déjà le coût et la politisation de l’événement.

Le président américain apparaîtra au centre des célébrations, avec une allocution sous forme d’« hommage à l’Amérique » sur les célèbres marches du Lincoln Memorial, d’où Martin Luther King prononça son discours historique « I have a dream » en 1963.

L’intervention d’un président qui divise autant le pays lors d’une journée traditionnellement apolitique suscite la controverse, tout comme l’arrivée dans la capitale fédérale de plusieurs chars, par rail et camions-plateau. Des blindés étaient déjà exposés mercredi tout près du Lincoln Memorial.

Le budget de l’événement est dénoncé par l’opposition démocrate. « Quel gâchis d’argent ! » s’est exclamé le candidat à la Maison Blanche Julian Castro, en dénonçant une parade « fondamentalement centrée » sur le président pour lui « booster l’égo ». Mais le coût sera mineur, a assuré mercredi Donald Trump : « Ce sont nos avions, nous avons les pilotes, l’aéroport est juste à côté, on a juste besoin de carburant. Les chars et tout le reste sont à nous ».

Fête nationale ou campagne électorale ?

Le 4-Juillet marque le Jour de l’indépendance, Independence Day, lorsqu’en 1776 treize colonies britanniques proclamèrent leur séparation de la couronne britannique et fondèrent les États-Unis d’Amérique. C’est habituellement une journée de trêve qui voit les Américains « brandir le drapeau sans entrer dans les discussions politiques », note l’expert des médias Richard Hanley. À Washington, des groupes de musique jouent, des fanfares défilent et on tire un grand feu d’artifice.

Mais cette année, Donald Trump parlera à 18h30 (00h30 heure belge) à l’extrémité du National Mall, l’immense esplanade où se dressent musées et monuments officiels, et où des milliers de personnes sont attendues. En ce début de campagne pour la présidentielle de 2020, l’initiative du président, qui vient officiellement d’annoncer sa candidature à un nouveau mandat, fait grincer des dents. Plusieurs élus démocrates du Congrès l’ont mis en garde contre la tentation d’un « meeting de campagne partisan et télévisé sur le Mall ».

Ce 4-Juillet « sera le spectacle d’une vie », a insisté mercredi le locataire de la Maison Blanche. Air Force One, le Boeing 747 modifié des présidents américains, devrait survoler Washington, tout comme plusieurs avions de guerre F-35, les plus modernes au monde. Les Blue Angels, une patrouille d’acrobaties aériennes, effectuera une démonstration. Enfin, un nouvel exemplaire de Marine One, l’hélicoptère présidentiel, devrait prendre les airs.

Mais les opposants à Donald Trump seront aussi de la partie. L’organisation de gauche Code Pink déploiera --au sol-- le « Baby Trump », personnage gonflable représentant un bébé colérique à l’effigie du président américain. « Trump a volé (le 4-Juillet) pour en fait la journée nationale du président Trump », a affirmé mercredi à l’AFP Anne Wright, membre de l’organisation.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 06670710

    Brexit: Boris Johnson menace d’élections anticipées

  2. Le 17 août 1996, sur les marches du palais de justice de Neufchâteau, apparaît, entre deux policiers, un petit homme rondouillard, aux traits creusés par des heures d’interrogatoires.

    Michel Nihoul est mort: l’affaire Dutroux perd l’une de ses figures

  3. Schwarzenegger dans le dernier «
Terminator
».

    Arnold Schwarzenegger: «La saga ‘Terminator’ a été un chapitre très important de ma vie»

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite