Accueil Monde France

Grand format – Latifa Ibn Ziaten, un deuil au combat

En mai, elle a subi de nouvelles menaces. Mais rien ne l’arrêtera. Depuis l’assassinat de son fils Imad par Mohamed Merah, Latifa Ibn Ziaten sillonne écoles et prisons pour lutter contre la radicalisation. Elle voudrait s’investir davantage en Belgique.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 11 min

Je me présente. Je suis arrivée du Maroc en France à 17 ans. Je suis Française, européenne, et de confession musulmane. Ma mère, qui est morte quand j’avais neuf ans, m’a donné beaucoup d’amour. » La voix est douce. Maternelle. Elle captive comme celle d’une conteuse qui raconterait une histoire si jolie qu’on serait suspendu à ses lèvres. D’ailleurs, aucun enfant ne bouge. Aucun téléphone ne sonne. « Ma grand-mère, qui m’a élevée, me disait : “Regarde toujours dans les yeux et souris. Les yeux, ça parle”  », poursuit Latifa Ibn Ziaten. Son histoire est un conte, mais un conte noir. Son histoire est celle d’une vie bouleversée par le deuil, mais dont le sens est désormais voué à la résilience et au combat.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par LIENARD NORBERT, vendredi 5 juillet 2019, 18:50

    Quel courage Madame car en plus devoir se battre contre des cons c est pas facile en plus d avoir perdu votre fils,courage à vous

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs