Depuis la retraite d’Usain Bolt, le sprint mondial «est devenu OK Corral» selon Gatlin

@News
@News

L’Américain Justin Gatlin s’est réjoui jeudi à Lausanne (Suisse) de l’évolution du sprint mondial depuis la retraite de la super star Usain Bolt : « c’est devenu ‘Règlement de comptes à OK Corral’».

« J’aime beaucoup ce que le sprint est devenu (après la retraite de Bolt en 2017). C’est ‘Règlement de compte à OK Corral’. Les gens paient pour venir au stade sans savoir à l’avance qui va l’emporter », a-t-il estimé en conférence de presse à la veille du meeting de Ligue de diamant de Lausanne (Suisse).

Le champion du monde en titre et champion olympique 2004 a frappé un grand coup dimanche à Stanford (Californie) en terminant 2e du 100 m derrière son compatriote Christian Coleman dans un temps très rapide (9 sec 87), alors qu’il est âgé de 37 ans.

« Je n’ai pas été surpris de mon 100 m à Stanford, j’essayais juste de mettre les choses en ordre en revenant de blessure. Et je ne cours pas si souvent aux Etats-Unis, donc je voulais offrir un beau spectacle au public. »

Justin Gatlin en a profité pour préciser qu’il s’alignera seulement sur 100 m lors des sélections américaines (25-28 juillet) pour les Mondiaux de Doha (27 septembre-6 octobre).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Image=d-20190821-3VN7N4_high

    Reynders ou Onkelinx? La Belgique n’a plus beaucoup de temps pour désigner son candidat au poste de commissaire européen

  2. Sergio Mattarella rencontrera à nouveau les chefs de partis mardi prochain qui devront lui présenter un projet de gouvernement stable permettant d’éviter un retour aux urnes anticipées.

    Italie: un nouveau mariage bancal en perspective

  3. d-20190809-3VG27J 2019-08-09 16:57:37

    Bienvenue en Gaule Belgique: Tongres et le culte diffus d’Ambiorix

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Bateaux humanitaires en Méditerranée: Kafka sur nos rivages

    La Méditerranée est à double visage. Il y a celui de cette eau bleue, avec sa puissance d’attraction lumineuse où nous avons puisé nos réserves durant ces vacances. Et puis il y a l’autre, celui de cette eau qui fait office, selon les cas, de tombeau ou de prison flottante. Aujourd’hui toujours. Car rien n’est réglé pour ces bateaux qui traversent la Méditerranée à la recherche d’un port où débarquer les hommes, femmes et enfants sauvés alors qu’ils tentent de rejoindre nos rivages européens. Les remous créés par les appels à l’aide des...

    Lire la suite