Plus de 80 migrants portés disparus dans un naufrage au large de la Tunisie, selon l’OIM

Des migrants en Libye
Des migrants en Libye - Reuters

Plus de 80 migrants partis de Libye ont fait naufrage au large de la Tunisie, a indiqué jeudi un responsable de l’Organisation internationale des migrations (OIM), qui a pu rencontrer l’un des trois rescapés dans le sud de la Tunisie.

Ce rescapé, un Malien d’une vingtaine d’années « encore en état de choc », a indiqué que leur bateau avait fait naufrage lundi, et qu’il avait été sauvé in extremis mercredi, a précisé Wajdi Ben Mhamed, responsable de l’OIM pour le sud de la Tunisie.

« Il a précisé que le bateau était parti de Libye (pour l’Italie, ndlr) lundi à 6H00 du matin avec 86 passagers, il y a eu une fuite, et sous l’effet d’un mouvement de foule, l’embarcation s’est renversée quelques heures après le départ », a rapporté M. Ben Mhamed.

« Il ne sait pas ce que sont devenus les autres, ils sont portés disparus, il y a une probabilité qu’ils soient morts noyés », a-t-il ajouté, après avoir parlé avec ce rescapé à l’hôpital de Zarzis (sud).

« La mort de 80 migrants est à craindre, plus d’information est nécessaire pour confirmer ce qui est arrivé et le nombre exacte de disparus, « a de son côté tweeté Flavio Di Giacomo, un porte-parole de l’OIM.

Quatre migrants repêchés vivants

Quatre survivants, trois Maliens et un Ivoirien, ont été secourus par la Garde nationale maritime, alertée par des pêcheurs, avait auparavant indiqué Houcem Eddine Jebabli, porte-parole de la Garde nationale. Il n’avait toutefois pas pu fournir d’autres précisions.

Ces naufragés étaient partis lundi de la ville libyenne de Zouara, à 120 km à l’ouest de Tripoli, à bord d’un bateau pneumatique, avec 82 autres personnes, avait ajouté un responsable de la Garde maritime s’exprimant sous couvert de l’anonymat et se basant sur les déclarations d’un survivant.

L’Ivoirien secouru est décédé jeudi à l’hôpital et un des Maliens est toujours hospitalisé en réanimation, ont précisé le Croissant-Rouge et un responsable local de la Garde nationale maritime.

Selon un communiqué de la présidence du gouvernement, le Premier ministre Youssef Chahed avait assuré mercredi, lors d’une visite à Zarzis, que « la question des réfugiés et des migrants ne relève pas de la responsabilité de la République tunisienne » mais que « tous les pays doivent en assumer la responsabilité ».

Ces dernières semaines, des dizaines de candidats à l’exil tentant de rallier l’Italie depuis l’ouest de la Libye ont été secourus au large de la Tunisie.

Ainsi, 75 migrants, en majorité Bangladais, sauvés en Méditerranée fin mai, sont restés bloqués plus de deux semaines sur le pont d’un bateau au large de Zarzis, avant qu’un grand nombre d’entre eux ne soient renvoyés au Bangladesh par l’OIM.

Sur le même sujet
RéfugiésTunisie
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des manifestations de jeunes et de représentants de peuples menacés ont émaillé les dernières heures officielles de la COP de Madrid.

    COP25: une nuit pour conclure un accord au forceps

  2. Charles Michel en conversation avec le Premier portugais, Antonio Costa. Curieusement, ce dernier s’en est pris au travail de son propre ministre des Finances.

    Budget de la zone euro: Charles Michel reprend la main

  3. Plus de 2.000 personnes du secteur culturel flamand s’étaient rassemblées au Beursschouwburg à Bruxelles pour dénoncer les mesures prises par le gouvernement Jambon.

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite