Plus de 80 migrants portés disparus dans un naufrage au large de la Tunisie, selon l’OIM

Des migrants en Libye
Des migrants en Libye - Reuters

Plus de 80 migrants partis de Libye ont fait naufrage au large de la Tunisie, a indiqué jeudi un responsable de l’Organisation internationale des migrations (OIM), qui a pu rencontrer l’un des trois rescapés dans le sud de la Tunisie.

Ce rescapé, un Malien d’une vingtaine d’années « encore en état de choc », a indiqué que leur bateau avait fait naufrage lundi, et qu’il avait été sauvé in extremis mercredi, a précisé Wajdi Ben Mhamed, responsable de l’OIM pour le sud de la Tunisie.

« Il a précisé que le bateau était parti de Libye (pour l’Italie, ndlr) lundi à 6H00 du matin avec 86 passagers, il y a eu une fuite, et sous l’effet d’un mouvement de foule, l’embarcation s’est renversée quelques heures après le départ », a rapporté M. Ben Mhamed.

« Il ne sait pas ce que sont devenus les autres, ils sont portés disparus, il y a une probabilité qu’ils soient morts noyés », a-t-il ajouté, après avoir parlé avec ce rescapé à l’hôpital de Zarzis (sud).

« La mort de 80 migrants est à craindre, plus d’information est nécessaire pour confirmer ce qui est arrivé et le nombre exacte de disparus, « a de son côté tweeté Flavio Di Giacomo, un porte-parole de l’OIM.

Quatre migrants repêchés vivants

Quatre survivants, trois Maliens et un Ivoirien, ont été secourus par la Garde nationale maritime, alertée par des pêcheurs, avait auparavant indiqué Houcem Eddine Jebabli, porte-parole de la Garde nationale. Il n’avait toutefois pas pu fournir d’autres précisions.

Ces naufragés étaient partis lundi de la ville libyenne de Zouara, à 120 km à l’ouest de Tripoli, à bord d’un bateau pneumatique, avec 82 autres personnes, avait ajouté un responsable de la Garde maritime s’exprimant sous couvert de l’anonymat et se basant sur les déclarations d’un survivant.

L’Ivoirien secouru est décédé jeudi à l’hôpital et un des Maliens est toujours hospitalisé en réanimation, ont précisé le Croissant-Rouge et un responsable local de la Garde nationale maritime.

Selon un communiqué de la présidence du gouvernement, le Premier ministre Youssef Chahed avait assuré mercredi, lors d’une visite à Zarzis, que « la question des réfugiés et des migrants ne relève pas de la responsabilité de la République tunisienne » mais que « tous les pays doivent en assumer la responsabilité ».

Ces dernières semaines, des dizaines de candidats à l’exil tentant de rallier l’Italie depuis l’ouest de la Libye ont été secourus au large de la Tunisie.

Ainsi, 75 migrants, en majorité Bangladais, sauvés en Méditerranée fin mai, sont restés bloqués plus de deux semaines sur le pont d’un bateau au large de Zarzis, avant qu’un grand nombre d’entre eux ne soient renvoyés au Bangladesh par l’OIM.

Sur le même sujet
RéfugiésTunisie
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sergio Mattarella rencontrera à nouveau les chefs de partis mardi prochain qui devront lui présenter un projet de gouvernement stable permettant d’éviter un retour aux urnes anticipées.

    Italie: un nouveau mariage bancal en perspective

  2. Le bourgmestre de Lessines est en guerre contre l’Unité wallonne du bien-être animal.

    Une saisie de chevaux à Lessines se transforme en affaire de santé publique

  3. Alaa Sheikhi, 24 ans, réfugié syrien arrivé en 2015 a été condamné à 9 ans et demi de prison. Il clame son innocence.

    Allemagne: à Chemnitz, le réfugié accusé dénonce un verdict politique

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Bateaux humanitaires en Méditerranée: Kafka sur nos rivages

    La Méditerranée est à double visage. Il y a celui de cette eau bleue, avec sa puissance d’attraction lumineuse où nous avons puisé nos réserves durant ces vacances. Et puis il y a l’autre, celui de cette eau qui fait office, selon les cas, de tombeau ou de prison flottante. Aujourd’hui toujours. Car rien n’est réglé pour ces bateaux qui traversent la Méditerranée à la recherche d’un port où débarquer les hommes, femmes et enfants sauvés alors qu’ils tentent de rejoindre nos rivages européens. Les remous créés par les appels à l’aide des...

    Lire la suite