Accueil Société

Violences contre les femmes: «Si je quitte la maison et qu’ils me retrouvent, ils me marieront de force»

L’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes met à disposition des officiers de l’état civil un code de signalement des mariages forcés. Un outil pour mieux détecter ces violences liées à l’honneur. Depuis plus d’un an, Fatoumata, 19 ans, lutte contre la pression de ses parents.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 6 min

Je voyais mes cousines se faire marier au pays, mais je me disais que, comme on vivait ici, mes parents ne me forceraient pas. » Pourtant, dès sa majorité, Fatoumata * a senti la pression de son père, très religieux. Originaire d’un pays d’Afrique de l’Ouest, la jeune fille vit en Belgique depuis ses 3 ans. Bonne élève, elle vient de réussir sa rhéto et espère entreprendre des études en septembre. Mais depuis plus d’un an, son père insiste : il est temps qu’elle se marie. « Cela a commencé par un jeune garçon très pieux à qui mon père donne des cours d’arabe, raconte l’étudiante. Il n’a pas de papiers, pas de situation ici, mais mon père jugeait qu’il était bon pour moi. » Fatoumata réplique qu’elle n’est pas intéressée. Un peu plus tard, c’est le jeune frère d’un ami de son père qui lui est proposé. « L’ami de mon père lui a dit qu’il aimerait que son frère m’épouse. C’était comme s’ils s’arrangeaient entre eux, alors que j’étais là ! », s’énerve la jeune fille, qui ne l’entend pas de cette oreille.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par van aubel didier, mardi 24 décembre 2019, 15:17

    Ah l'Islam de toutes les lumières . . . éteintes ! ! !

  • Posté par VERDOODT-COLART Jean-Marie, vendredi 5 juillet 2019, 13:08

    Aussi longtemps que certains partis politiques prônent l'accueil à tout va (ou ne modifie certaines règles), rien ne changera et, au contraire, les difficultés ne feront que croître.

  • Posté par LIENARD NORBERT, vendredi 5 juillet 2019, 10:06

    Vous savez combien de jeunes filles sont mariées à des ignares du bled?Et les petites filles voilées dès le plus jeune âge qu est ce qui les attend vous croyez? Quelle hypocrisie

  • Posté par delpierre bernard, vendredi 5 juillet 2019, 8:49

    Curieusement, les protections dont devraient bénéficier les jeunes filles sont inversement proportionnelles à celles qu'on accorde à leurs bourreaux probablement arrivés illégalement et se permettant de faire la leçon aux autochtones ayant l'outrecuidance de considérer que le mariage doit résulter d'un choix et que les filles peuvent aussi avoir accès aux études... De plus, dans l'exemple cité, le père voudrait de surcroît imposer à sa fille (non seulement le voile depuis ses douze ans) mais aussi un illégal sans papiers au nez et à la barbe des autorités belges..ce serait à mourir de rire au théâtre sauf qu'ici c'est dramatique vu la complaisance habituelle des officiers d'État civil.

  • Posté par LIENARD NORBERT, vendredi 5 juillet 2019, 10:43

    C est une des raisons pour interdire le voile car derrière ce voile il y a toute un processus ce n est pas "juste " un morceau de tissu

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs