Un nouveau train relie Gand à la Chine

Un nouveau train relie Gand à la Chine
Photo News.

Le premier train en provenance de Xi’an en Chine, transportant des Volvo XC60, est officiellement arrivé à Gand (North Sea Port), ce mercredi. Il repartira dans l’autre sens ces prochaines heures avec, à son bord, des XC90, V90 et V60 (un des modèles produits à Gand). Au total, ce sont près de 20.000 voitures (100 trains de 190 voitures) qui, chaque année, prendront ainsi le rail entre l’Europe et la Chine, les deux attaches du constructeur historiquement suédois mais propriété chinoise de Geely depuis 2010.

En plus d’un avantage environnemental évident par rapport aux autres modes de transport, Stefan Fesser, le CEO de Volvo Gent assure que le transport par train est non seulement plus rapide mais aussi moins cher que par bateau. « Notre stratégie est de livrer le plus rapidement possible tous nos marchés. En utilisant le train entre Gand, Zeebruges et Xi’An ou Daqing, autre ville de destination de notre ligne ferroviaire, nous réduisons le délai de livraison de 50 %. » Aujourd’hui, seulement 22 jours de train séparent Xi’an et Gand. Sur l’avantage financier, le responsable reste plus discret mais il assure que la différence est sensible.

En plus d’un centre de production pour certains modèles, Gand devient aussi un carrefour d’acheminement pour le constructeur automobile. L’opérateur ferroviaire en marchandises Lineas (ex B-Logistics) assure une partie des transports par train. Lineas effectue déjà des liaisons régulières entre Gand et la Suède, l’Italie et l’Autriche. Ce sont ainsi plus de 5.000 camions qui ne courent pas les routes. Les exportations de la Belgique vers l’empire du Milieu, elles, passent ainsi à 70 % par le rail et 30 % par bateau (80/20 dans l’autre sens).

Un modèle hybride

Lineas parle de train hybride puisqu’une partie des voitures est expédiée à l’intérieur de conteneurs, une autre en mode « ro-ro » (roll on, roll off), les voitures roulant directement sur les wagons. Tout dépend des modèles et des acheminements finaux en Europe. L’opérateur belge Lineas s’occupe concrètement des transports à l’intérieur de l’Europe et, pour les trajets vers la Chine, entre la Belgique et la Pologne où l’opérateur chinois ITL prend le relais de/vers Xi’an et Daqing, à l’occasion d’un changement de trains imposés par un changement de dimension des rails.

Le train comme alternative au bateau entre la Chine et l’Europe semble avoir le vent en poupe. Pour rappel, il y a quelques mois, un opérateur logistique lançait une ligne cargo entre la Chine et la zone aéroportuaire de Bierset. Si on y ajoute les trains Volvo, ça fait au moins quatre trains Belgique-Chine par semaine, dans chaque sens. Et ça devrait encore évoluer. « Les ventes de Volvo augmentent partout dans le monde, à Gand on va doubler notre production de XC40 et augmenter sensiblement celle des V60 », assure Stefan Fesser.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20181016-3P4RLN 2018-10-16 16:22:49

    Pourquoi tant de personnes âgées se privent de soins dentaires

  2. Tom Van Grieken (président du Vlaams Belang) et Jan Jambon (N-VA).

    N-VA – Vlaams Belang, le nouvel axe qui inquiète à la Chambre

  3. Dans son Rapport mondial, l’Onusida indique que dans plus de la moitié des pays, moins de 50 % des populations clés ont eu accès à des services combinés de prévention du VIH.

    Le sida marque le pas, mais la lutte patine

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Par Frédéric Larsimont

    Robert Waseige, pour l’amour du 4-4-2 et du bon mot

    Waseige était ainsi fait, caractérisé – parfois jusqu’aux excès de la caricature – par les instantanés captés au vol par le grand public. Lequel, au fil des décennies, les imprimés dans la mémoire collective.

    Robert Waseige était donc un peu tout à la fois. Il était cette robustesse incarnée par son physique trapu d’ancien défenseur, contrastant avec d’étonnantes fragilités, insoupçonnables, lorsqu’il ouvrait soudain son âme lors d’entretiens prolongés. Il était aussi ses saillies passées à la postérité, d’une férocité parfois carnassière. Il était...

    Lire la suite