Charly Musonda retourne à Vitesse Arnhem après sa saison compliquée

Photo Twitter @MijnVitesse
Photo Twitter @MijnVitesse

Le club néerlandais d’Eredivisie de Vitesse Arnhem a annoncé vendredi que la location de Charly Musonda de Chelsea a été prolongée cette saison. Le club d’Eredivisie a déjà loué Musonda, 22 ans, la saison dernière, mais il s’était gravement blessé au genou lors de la préparation. Finalement, il a pu jouer un seul match avec Vitesse, lors de l’avant-dernière journée de championnat.

« Nous savons que Charly a beaucoup de potentiel », a expliqué le directeur technique Mo Allach sur le site du club. « J’espère qu’il rejoindra bientôt la sélection et qu’il retrouvera de nouveau son niveau. »

Musonda était lui aussi impatient. « J’ai très envie de montrer le la vrai Charly Musonda. La saison dernière, j’ai eu beaucoup de malchance avec cette blessure. Maintenant, je me sens de nouveau bien et je veux montrer que je peux apporter une valeur ajoutée. »

Le Bruxellois a été le plus grand talent de sa génération en Belgique, mais ces dernières années, il s’est retrouvé sur une voie sans issue. Son arrivée à 16 ans à Chelsea, en provenance d’Anderlecht, ne s’est pas traduite par une percée dans le noyau A des Blues. Il a dès lors été prêté au Betis Séville (2016) puis au Celtic (2018) ne lui a pas permis de confirmer son potentiel.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. NETHYS

    Nethys, le grand déballage: Stéphane Moreau va quitter la holding

  2. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    L’idée d’une taxe kilométrique divise... et s’enlise

  3. Au vu des résultats de notre sondage, l’optimisme sans faille des informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte est difficile à expliquer... © Photo News.

    Grand Baromètre: les Belges disent non à une coalition PS-N-VA et non à de nouvelles élections

La chronique
  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite