Accueil Sports

Caleb Ewan: «Je suis presque régional de cette première étape»

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

André Greipel battant désormais le pavillon breton d’Arkéa, la formation belge Lotto-Soudal concentre ses espoirs de sprints victorieux, à Bruxelles et ailleurs, sur Caleb Ewan, vingt-quatre ans. Même s’il va découvrir la Grande Boucle, le lilliputien australien, bombe d’énergie au punch sidérant, n’a rien d’un « rookie » dans le domaine. Il a notamment claqué deux étapes du Giro cette saison, dans sa position si caractéristique, avachi sur la machine, le museau plus bas que son guidon. « Je suis plutôt relax pour le moment, même si je sais que la nervosité va progressivement monter », explique le natif de Sydney, large sourire au menu. « Quand j’étais gamin, cette course, je ne cessais de la regarder. D’ailleurs, je pensais même que c’était la seule… Y participer est un rêve mais il ne me suffit plus. Ce n’est pas chaque année que les sprinters peuvent rêver du maillot jaune. Du coup, ça donne une dimension supplémentaire. Mais pas de nervosité en plus pour autant. Quand tu veux gagner, de la nervosité, il y en a toujours.»

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Sports

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs