Accueil La Une Culture

Avec le Moco, le contemporain s’installe dans la ville

Arrivé dans la ville en 2017, Nicolas Bourriaud n’a pas tardé à faire bouger les choses comme il l’avait fait au Palais de Tokyo et à l’École des Beaux-Arts à Paris.

Article réservé aux abonnés
Chef adjoint au service Culture Temps de lecture: 3 min

Associant ces deux expériences, il est aujourd’hui à la tête d’une triple institution regroupant l’ESBA (école supérieure des beaux-arts de Montpellier), la Panacée, centre d’art contemporain, lieu de création, de résidence et de production et depuis le 29 juin, le tout nouvel Hôtel des collections, lieu d’exposition. C’est ainsi toute la chaîne de la création, de l’apprentissage à la présentation au public qui est réunie sous le label Moco pour Montpellier Contemporain. Et cela se sent dans l’activité qui se déploie d’un lieu à l’autre avec un étonnant mélange d’effervescence et de bien vivre. Lieux culturels, le Moco comme la Panacée sont aussi des lieux de rencontre où l’on peut boire un verre, se retrouver, se reposer, y compris en dehors des heures d’ouverture des expositions.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs