Herman Van Rompuy au «Soir»: «C’est petit de ne pas avoir félicité Charles Michel pour son poste au Conseil européen»

C’est depuis Le Coq où il séjourne avec ses petits-enfants qu’Herman Van Rompuy nous a reçus.
C’est depuis Le Coq où il séjourne avec ses petits-enfants qu’Herman Van Rompuy nous a reçus. - Roger Milutin

Charles Michel sera le prochain président du Conseil européen, l’institution qui regroupe les chefs d’État ou de gouvernement des 28 États Membres. Une fonction qu’il cumulera, comme son prédécesseur le polonais Donald Tusk, avec la présidence du sommet de la zone euro. À cette occasion, Le Soir a rencontré Herman Van Rompuy, qui fut le premier président du Conseil européen. À 71 ans, l’ex-Premier ministre belge (CD&V) suit toujours de très près les affaires européennes.

Qu’est-ce que cela rapporte à la Belgique d’avoir un Belge à ce niveau ?

Il y a une certaine fierté nationale, je ne sais pas si c’est le cas pour Charles Michel comme ce le fut avec moi.

Les partis francophones ne l’ont guère félicité…

C’est « kleintje », un peu petit, cela manque de hauteur. Même en Flandre, le fait que ce soit un Belge est très bien accepté. Je reçois beaucoup de réactions : « Tu as un successeur, on est fiers ». Il y a toujours des pisse-vinaigre mais cette nomination belge a une valeur ajoutée immatérielle : « Un des nôtres a une fonction européenne importante, il fréquente les grands de ce monde ». Les gens m’ont vu avec Obama, Poutine : même si moi je relativise beaucoup, la population le fait moins.

Charles Michel est l’homme d’Emmanuel Macron, sa « marionnette » ?

On dit toujours ça ! Moi, j’avais le Merkozy, souvenez-vous, j’étais une « puppet on the string » (un pantin au bout d’une corde). Mais aujourd’hui, plus personne ne dit que j’étais manipulé par les Français et les Allemands, au contraire. On doit toujours sa nomination à quelqu’un, dans mon cas c’était surtout au président Sarkozy qui a pris l’initiative et convaincu Merkel, même s’il ne fallait pas beaucoup d’arguments. Guy Verhofstadt était lui soutenu par Chirac et Schroeder. On est toujours soutenu par quelqu’un. Et donc, pour Charles Michel il se peut que dans la famille libérale étendue, il a eu davantage de contacts avec le président Macron qui l’a soutenu. Mais ce n’est pas un contre-argument, au contraire. Par contre le fait qu’on parle français est toujours un argument pour les Français, je l’ai découvert avec Sarkozy.

► Un entretien à retrouver ce samedi dans votre journal, disponible en librairie ou sur Le Soir+. Pas encore abonné ? Recevez l’édition du samedi chez vous avec notre offre spéciale ICI.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTS325FA

    Le coronavirus en 15 questions

  2. Ce lundi, le Roi a reçu Maxime Prévot (CDH), Meyrem Almaci (Groen) puis Bart De Wever (N-VA). © Belga.

    Négociations fédérales: l’option des gouvernements «Canada dry»

  3. Ne pas consulter le médecin ou le dentiste peut conduire à un surcoût, pour le patient comme pour le système de soins de santé.

    Un Belge sur 20 ne va pas chez le médecin et se met en danger

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: la Belgique en plein «catch 22»

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite