Accueil Société

Des personnes non binaires témoignent: «J’étais accusé d’être le diable dans ma famille»

Le 19 juin, la Cour constitutionnelle annulait une partie de la loi transgenre, et reconnaissant le droit à l’autodétermination des personnes non binaires. Mais c’est quoi, être « non binaire » ? Témoignages.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

Le 19 juin, la Cour constitutionnelle annulait une partie de la loi transgenre. Elle estime en effet qu’obliger des personnes « non binaires » à se reconnaître uniquement dans une identité de genre « homme » ou « femme », ce qui ne correspond pas à leur identité vécue intimement, était non constitutionnel. Ce faisant, la Cour reconnaît l’existence des personnes non binaires dans notre société, ainsi que leur droit à l’autodétermination. Elle rend aussi caduc notre système strictement binaire, qui classe les personnes uniquement selon deux cases. Il faut en effet rappeler que dans d’autres sociétés, d’autres cultures, il existe trois, cinq (voire davantage) identités de genre. Notre vision binaire est donc une construction qui n’est ni universelle ni naturelle.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Mernier Andre, dimanche 7 juillet 2019, 12:08

    Avec Madame Blogie, on n'est jamais déçu. Après R. Diallo et la dérive antiraciste/raciste, les voilées sympa, voici maintenant, les trans en mal de reconnaissance. D'ici à ce qu'on psychiatrise les gens jusqu'ici appartenant à la norme... On vit une époque formidable et je ne reconnais plus "le Soir" que je lis depuis trente ans.

  • Posté par Petitjean Marie-rose, dimanche 7 juillet 2019, 23:20

    Même réponse : Le plus important n'est-il pas que chacun puisse s'épanouir comme il le désire, dans la mesure où il respecte l'es autres et leur ressenti ?

  • Posté par Pierre Lison, dimanche 7 juillet 2019, 9:32

    Après une hypothétique suppression du genre sur les cartes d’identité, certains «genrés» ne manqueront pas d’exiger exiger qu’il y soit mentionné.

  • Posté par Naeije Robert, vendredi 5 juillet 2019, 22:36

    La fluidite du genre... Et la biologie dans tout cela?

  • Posté par Petitjean Marie-rose, dimanche 7 juillet 2019, 23:19

    Je me répète, Robert : Le plus important n'est-il pas que chacun puisse s'épanouir comme il le désire, dans la mesure où il respecte les autres et leur ressenti ?

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs