Accueil Sports Cyclisme Tour de France

Un Tour de France plus ouvert que jamais

Froome, Dumoulin et Roglic absents, le Tour manquera de rouleurs. Une chance unique pour les grimpeurs car l’épreuve a très rarement proposé un parcours aussi montagneux. Les Andins Bernal, Quintana ou Uran se pourlèchent, les Français aussi.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Sports Temps de lecture: 4 min

Le ciel est au beau fixe et on avait d’ailleurs presque oublié, c’est fou tout de même, que Sky était encore un sponsor majeur du cyclisme voici trois mois. Que le « major partner » anglais a gagné six des sept dernières éditions du Tour, manquant la seule qui était partie sous la pluie, qui s’était terminée dans la boue, la vase, les bourrasques et le sang pour Chris Froome dans la mine d’Arenberg (2014, victoire de Nibali). Le ciel était gris celle année-là. Ineos, donc, a pris le relais : même budget, mêmes ambitions, même puissance par rapport à la concurrence, du simple au double si on évoque des équipes qui visent la victoire comme AG2R (Bardet) ou Groupama (Pinot). Le cyclisme ne se décline heureusement pas en termes de budget mais cela aide tout de même.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Tour de France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs