Des milliers d’amateurs de musique électronique à la journée d’ouverture de Paradise City

Des milliers d’amateurs de musique électronique à la journée d’ouverture de Paradise City
Le Soir

La journée d’ouverture du festival électro Paradise City a attiré vendredi des milliers de festivaliers au Château de Ribeaucourt à Perk, dans le Brabant flamand. L’événement musical, qui se tient jusque dimanche, aspire à devenir une alternative éco-responsable à Tomorrowland.

Quelque 6.000 visiteurs ont vibré devant pas moins de 17 concerts, répartis sur trois scènes.

Parmi les têtes d’affiche de vendredi soir figuraient Mind against et Gerd Janson, qui propose un mélange de disco et de house.

Paradise City souhaite se démarquer comme «le festival de musique le plus vert du pays». Chaque année, le festival fait des efforts supplémentaires afin de réduire son empreinte environnementale. Ainsi, il ne propose plus de bouteilles en plastique, ni d’autres déchets en plastique à usage unique. Les générateurs fonctionnent au biocarburant et le camping est alimenté à l’énergie solaire.

Lors des deux éditions précédentes, les organisateurs avaient par ailleurs réalisé une économie d’eau de 27%, qui leur avait valu d’être récompensés par l’organisation «A Greener Festival», réputée pour soutenir les festivals et autres événements dans leur développement durable.

Les festivaliers de cette cinquième édition ont été acheminés sur le site du festival par des bus électriques.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La course à pied a des arguments pour séduire
: . Ce sport ne demande pas une technique pointue, il se pratique facilement en extérieur et permet de s’entretenir. Autre grand avantage: il coûte peu. En tout cas à première vue.

    Le running, ce sport bon marché devenu un business juteux

  2. Le Sauvage.

    La Ducasse d’Ath doit-elle se passer du «Sauvage» jugé raciste?

  3. belgaimage-151155306-full

    Nafi Thiam: «J’essaie de ne pas trop penser à mon coude, je me concentre sur autre chose»

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite