Accueil Opinions Éditos

L’axe Di Rupo-Nollet à rude épreuve

En expédiant les résultats de leurs travaux aux députés, Elio Di Rupo et Jean-Marc Nollet savent pertinemment le sort qui leur sera réservé.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

A quoi les députés wallons et de la Fédération Wallonie-Bruxelles vont-ils consacrer leur premier week-end de juillet ? A encourager les coureurs du Tour de France ? A griller saucisses et côtelettes sur le barbecue estival en sirotant l’apéritif ? A construire des châteaux de sable sur les plages de leurs vacances ? Vous n’y êtes pas du tout.

Alors que certains d’entre eux se plaignaient récemment d’être « payés à ne rien faire », les voici tous chargés d’une bien lourde mission : plonger tête baissée dans les notes stratégiques envoyées par PS et Ecolo en vue de la constitution de majorités dans les deux entités fédérées. Ce ne sera pas une partie de plaisir : une soixantaine de pages « simple interligne » au bas mot, des propositions par dizaines au moins et au bout de l’analyse le sort d’une Région et d’une Communauté pour les cinq ans à venir, rien de moins.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

19 Commentaires

  • Posté par Weissenberg André, dimanche 7 juillet 2019, 19:11

    L'incapacité des écosocialistes à se mettre d'accord entre eux et l'absence subséquente de majorité pour gouverner, même de manière minoritaire, n'est pas la faute de la particratie. C'est la réalité des choses, des résultats électoraux. La NVA au nord et le MR au sud ont les pieds bien sur terre et empêcheront tout fantasme anti-système vert ou rouge de venir menacer le bien-être de la population belge. Disney et Marvel ont quant à eux depuis belle lurette passé par profits et pertes leur projet d'un blockbuster consacré à un vaillant superhéros wallon, au costume vert et rouge, affrontant victorieusement les méchants capitalistes, le CETA et le changement climatique. Trop fantastique, trop tiré par les cheveux, et tout simplement trop compliqué à comprendre ... et même pas crédible comme fantasme, bref, le bide assuré dans les salles ... même en Wallonie. La preuve par le résultat des élections ...

  • Posté par Deckers Björn, dimanche 7 juillet 2019, 20:03

    Votre commentaire n'est pas très sérieux. Vous oubliez totalement les électeurs du PTB (12 sièges au parlement Wallon). Vous oubliez que le PS et Ecolo, contrairement à ce que vous dites sont d'accord entre eux. Et donc, s'ils avaient le soutien des 12 sièges du PTB ou même vous avez aussi oubliez des 10 sièges du Cdh, le coquelicot serait valide. Les électeurs wallons seraient simplement bien inspiré, quand ils veulent voter à gauche, de choisir un parti qui accepte de mouiller la chemise au pouvoir. Ceux qui par colère ont choisi le PTB en seront pour leur fond de culotte, ils auront le MR. Mais ne vous méprenez pas. La Wallonie a bien voté à gauche et très nettement.

  • Posté par Clodong André, samedi 6 juillet 2019, 20:50

    Il est utile utile de rappeler que la Fédération Wallonie-Bruxelles n'est pas reconnue par la constitution belge. Cette charade a duré assez longtemps.

  • Posté par JEAN OOSTVEEN, dimanche 7 juillet 2019, 21:24

    La Fédération Wallonie-Bruxelles (Communauté française selon la Constitution) est issue d’un processus de réformes institutionnelles de l’Etat belge qui s’est déroulé en plusieurs phases : 1970, 1980, 1988, 1993, 2001 et 2011.

  • Posté par Michel Delmelle , samedi 6 juillet 2019, 17:58

    O

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs