Nouveau séisme important dans le sud de la Californie, le deuxième en deux jours (vidéos)

Un séisme de magnitude 7,1 a secoué le sud de la Californie vendredi soir, le deuxième de grande ampleur à frapper cette zone peu urbanisée en deux jours, a annoncé l’institut américain de géophysique USGS.

Cette secousse était potentiellement onze fois plus dévastatrice que celle qui a touché jeudi matin la zone de Ridgecrest, d’une magnitude de 6,4, à environ 240 km au nord-est de Los Angeles.

Peu d’informations étaient encore disponibles à ce stade mais les secours sur place n’avaient pas fait état de morts ou de dégâts majeurs vendredi en début de soirée.

«Des maisons qui ont bougé, des fondations fissurées, des murs porteurs à terre. Un blessé (léger) et les pompiers qui soignent le patient», ont indiqué sur Twitter les pompiers du comté de San Bernardino, proche de l’épicentre. «Les premiers rapports font état de dégâts plus importants» que la veille, ont-ils ajouté.

A Ridgecrest, petite ville d’environ 28.000 habitants, Jessica Kormelink, une habitante interrogée par la télévision CNN, a raconté qu’elle avait senti «un tremblement plutôt sérieux». «Et ma maison, c’est comme si elle ondulait», a-t-elle dit. Plusieurs départs de feu ont été signalés.

AFP

Selon l’USGS, le séisme de jeudi était vraisemblablement un précurseur de celui qui s’est produit vendredi à 20h19 heure locale (05h19 HB).

Un séisme ressenti jusqu’à Los Angeles

Avec une magnitude de 6,4, le séisme de jeudi était le plus puissant à frapper cette région depuis 1999. Il avait fait quelques «blessés légers», principalement liés à des fenêtres brisées par la secousse ou des chutes d’objets ou d’étagères dans des magasins, mais pas de dégâts majeurs.

Les secours avaient bénéficié dès jeudi après-midi de l’arrivée d’importants renforts dans la zone de Ridgecrest, précisément pour parer à une nouvelle secousse potentiellement destructrice.

Le séisme de vendredi a une nouvelle fois été ressenti jusqu’à Los Angeles, où aucun dégât majeur n’a toutefois été recensé, selon les autorités locales.

Les pompiers de la ville ont fait état de lignes électriques tombées au sol et de coupures de courant localisées à la suite du séisme qui a duré une vingtaine de secondes, selon des journalistes de l’AFP.

Ressentis dans un vaste périmètre, jusqu’à Las Vegas dans le Nevada voisin, ces deux tremblements de terre ont ranimé le spectre du «Big One», un méga-séisme potentiellement dévastateur tant redouté dans l’Ouest américain.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite