Accueil Société Enseignement

Les résultats surprenants du concours de médecine

Une nouvelle analyse de l’examen d’entrée en médecine amène des résultats surprenants. Après un échec, le taux de rebond est important. Par contre, la réussite est biaisée par le genre.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 5 min

Indispensable pour les uns, injuste pour les autres, insuffisamment sélectif pour d’autres encore… Alors que certaines épreuves du genre (ingénieurs civils, études artistiques…) se déroulent dans l’indifférence générale, l’examen d’entrée en médecine et dentisterie charrie son lot de polémiques. Parce qu’il fait, à chaque édition, quelques centaines d’heureux élus et des milliers de déçus. Parce que la pénurie de médecins intéresse tout le monde. Et, surtout, parce qu’il alimente des brûlots communautaires. Bref, l’affaire a déjà fait couler beaucoup d’encre et ce n’est pas prêt de s’arrêter.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Jaspers Marie, dimanche 15 septembre 2019, 2:07

    Réponse à Monsieur Dab : Les études statistiques ne voient pas TOUT! Elles conduisent, dans ce cas précis, à IMAGINER des faits erronés! NON il n'y a pas inadéquation entre les enseignements de la physique dans le secondaire et les attentes de l'université. Docteure en mathématiques, chef de travaux honoraire à la Faculté des Sciences de l'ULiège ayant assuré pendant 35 ans les séances d'exercices de Mécanique Rationnelle et Analytique, de Physique Théorique en 1° et 2° candidature ingénieurs civils, ayant assuré pendant 2 ans les séances d'exercices de maths et de physique en 1° bac des filières Biologie, Chimie, Géographie, Géologie, assurant de manière bénévole 20 h de remédiations en maths et physique dans le DS d'une école secondaire liégeoise et 10 h en cours privés, ayant résolu TOUTES LES QUESTIONS DES TOSS DE 2013 0 2016, je fais les CONSTATS SUIVANTS : 1) sachant que les questions de l'examen d'entrée sont du même type et du même niveau que celles des TOSS, publiées sur le site de l'ARES et connaissant le programme de physique du DS général, je peux affirmer que les questions de l'examen sont basiques, simples (il s'agit parfois de mentionner l'unité d'une grandeur physique!), que ce ne sont jamais de vrais problèmes ( impossibles avec des QCM), qu'elles sont du niveau des exemples vus en introduction de chapitre donc beaucoup plus simples que les exercices que font les PHYSICIENS dans les écoles; 2) LE PREMIER PROBLEME vient du fait que la majorité des profs qui enseignent la physique NE SONT PAS PHYSICIENS: ils sont biologistes ou chimistes et peu de ces derniers maîtrisent la physique. UN A PRIORI??? NON!!! D'UNE PART, j'ai pu me rendre compte du niveau général très bas en physique de ces diplômés lorsque j'assurais les exercices de physique en 1° bac à l'ULiège (c'est la seule année du cursus universitaire où ils ont un cours de physique ) et D'AUTRE PART, je m'en rends compte en lisant les notes de cours des élèves à qui je dois ré-expliquer la matière : je suis souvent amenée à re-rédiger des notes afin que mes élèves puissent comprendre. En outre, beaucoup me signalent que le prof leur donnant physique dit, lui-même, qu'il est biologiste ou chimiste , qu'il n'aime pas la physique et ne la maîtrise pas et que par conséquent, il fera un cours léger.De fait, beaucoup de cours sont simplistes et du programme, ils ne respectent que les intitulés.Souvent, je me dis que si je devais étudier ces cours, je détesterais la physique parce que leur simplisme les rend incompréhensibles. C'EST LA TOUT LE PROBLEME POSE PAR LE DIKTAT : TOUT PROF DE SCIENCES PEUT DONNER N'IMPORTE QUEL COURS DE SCIENCES ET PLUS GENERALEMENT LE PROBLEME POSE PAR LE NON RESPECT DES TITRES REQUIS AU SENS STRICT (les biologistes et chimistes ont les titres autorisés!!!) TOUT AU MOINS DANS LES COURS DE MATHS ET DE SCIENCES.Ces dernières années, l'attribution du cours de physique à des biologistes et chimistes s'est amplifiée à cause du manque criant de physiciens et plus particulièrement de physiciens qui s'orientent vers l'enseignement. En 2017, à l'UCL, 10 physiciens seulement ont été diplômés et UN SEUL a choisi l'enseignement.La situation est similaire dans les autres universités; 3) LA SECONDE CAUSE EST LA GLOBALISATION DES COTES DE SCIENCES.En effet, la physique étant, déjà au niveau secondaire, un cours plus difficile que la biologie et le chimie, la majorité des élèves négligent le cours de physique, estimant qu'ils auront la moyenne grâce aux deux autres cours.Ainsi, en dehors des quelques élèves travailleurs qui ont l'option physique 3 h / S, les autres ne connaissent rien ou presque en physique! EN CONCLUSION : questions de l'examen d'entrée simples mais cours de physique inconnu par la majorité des élèves qui présentent l'examen d'entrée! CQFD! Donc tous les FANTASMES au sujet de la physique sont des FAKE-NEWS!!!

  • Posté par Camal André, lundi 8 juillet 2019, 14:31

    Il est avant tout très important que les personnes qui se rendent à une consultation se sentent reçues en temps que patient et non comme client. Etre écouté par quelqu'un qui vous regarde dans les yeux plutôt que d'avoir le nez rivé sur son écran d'ordinateur est un pas vers une éventuelle guérison. On n'est pas un être inférieur lorsqu'on est en infériorité physique.

  • Posté par Naeije Robert, mardi 9 juillet 2019, 20:22

    Bien d’accord. Mais l’ecoute ne suffit pas, il faut la connaissance - qui est essentiellement scientifique. La medecine pre-scientifique etait inefficace.

  • Posté par Jaspers Marie, lundi 8 juillet 2019, 11:21

    Il serait très intéressant de connaître le taux de réussite en 1° bac non seulement global mais aussi par matière.

  • Posté par tinant jean-bastien, lundi 8 juillet 2019, 9:34

    euh... biais de genre ??? si y'a 2 fois plus de filles que de garçons à l'examen d'entrée, c'est normal qu'il y ait plus de filles busées non ? parce qu'en regardant de plus près, 44 ´% d'un tiers (garçon qui réussissent sur garçons qui passent l'examen), ça fait en gros 1/6, et 32 % de deux tiers, ça fait 2/9 ème. donc un candidat reçu sur six est un garçon, tandis qu'un candidat reçu sur 4,5 est une fille. et puis le monsieur fait appel à la "littérature scientifique" en disant que les filles se détournent des examens en gros perçus comme sexistes, alors que dans ce cas y'a deux fois plus de filles qui se présentent.... allez comprendre.

Plus de commentaires

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs