Accueil Opinions Éditos

Examen d’entrée en médecine: un diagnostic transparent sur notre enseignement

Le Conseil d’Etat oblige désormais les universités à la transparence administrative. Ce qui permet quelques observations sur les carences du secondaire concernant les matières scientifiques. L’avenir d’une génération d’étudiants est en jeu.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 3 min

Un peu de transparence ne peut faire de tort. Cette évidence se dégage à la lecture de l’analyse statistique des résultats enregistrés lors des premiers examens d’entrée en médecine. Voilà qui rassure alors que la première session de l’édition 2019 de cet écrémage – ô combien polémique – s’ouvre ce mercredi matin.

Pourtant, ce n’était pas gagné. L’Ares, la coupole des universités francophones, n’avait à l’origine aucune intention de renoncer à la confidentialité. Mais le Conseil d’Etat en a décidé autrement. « La transparence administrative est un droit fondamental au même titre que le droit à la protection de la vie privée », a tranché la haute juridiction.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Naze Guy, mercredi 10 juillet 2019, 10:00

    Pacte d' "excellence" ? Pas vraiment... Curieusement, en sport ou en academie d'art (musique, dessin), on ne se pose jamais la question de l'égalité... on part du principe que seuls certains seront véritablement bons dans ces domaines, on ne pousse/forme véritablement que ceux-la, et cela ne choque personne (y compris quand il y a un examen d'entree très restrictif comme à la Cambre - quel taux de réussite pour celui-là? où en parle-t-on? où est l'opposition de la FEF?). Alors pourquoi pas la même acceptation pour les aptitudes intellectuelles, qui ne valent pas moins que les sportives ou artistiques ? Chacun a un talent, autant le développer que de vouloir forcer et multiplier les échecs ailleurs. Le véritable enjeu est là : pouvoir détecter et renforcer les talents (quels qu'ils soient) de chaque élève, jusqu'au supérieur.

  • Posté par Jaspers Marie, lundi 8 juillet 2019, 22:32

    EXTRAIT :" Le Pacte d’excellence veillera dans les prochaines années à combler ce fossé, c’est entendu".MAIS c'est une blague Monsieur Martin ou vous ne connaissez rien au pacte dit "d'excellence"!

  • Posté par Jaspers Marie, lundi 8 juillet 2019, 22:24

    Le même enseignement pout tous dès la 1° maternelle! J'ai décidé de prendre en charge un enfant de milieu défavorisé à tout point de vue qui termine sa 2°P en ne sachant ni lire ni compter.L'année dernière a été un enfer, pour lui, puisque l'acquisition de la lecture et de la conceptualisation des nombres jusqu'à 20 se fait essentiellement en 1°P. Afin de pouvoir espérer qu'il sache lire et maîtriser les bases des 4 opérations (vues en 2°P), je vais lui consacrer 2 h par jour pendant 6 semaines.Alors, j'aurai une indication sur la possibilité de récupérer 2 ans en 6 semaines! Que font tous les enfants qui sont dans sa situation et qui n'ont pas de bénévole ayant la détermination de les sauver? Que serait devenu cet enfant en 3°P s'il n'avait pas eu d'aide? C'est à ce stade que commence le décrochage scolaire et non dans le secondaire!

  • Posté par Naeije Robert, lundi 8 juillet 2019, 22:12

    Je ne comprends rien a cet article. Qu’est-ce que ce « pacte d’excellence » va faire face aux universites retirees dans leurs « tours d’ivoire »? Qu’est-ce que cette transparence anonyme? Que vient faire ici la lutte contre les inegalites quand la question est de former ds medecins competents?

  • Posté par Jaspers Marie, lundi 8 juillet 2019, 22:08

    EXTRAIT: " Ensuite, parce qu’elles devraient idéalement pousser l’enseignement secondaire vers le haut et l’inciter à gommer les inégalités".Les deux objectifs sont contradictoires car la nature et l'éducation familiale dans la petite enfance créent des inégalités gigantesques contre lesquelles aucun système éducatif ne peut lutter en tirant à la fois tirer vers le haut (forcément les plus forts!, pas les analphabètes!) et assurer que les plus faibles suivront! Certains sont dans le déni total en faisant croire que tous les êtres humains peuvent atteindre les mêmes niveaux de formation mais formation en quoi? Le monde n'est pas uniforme et la société a besoin de toutes les compétences : de celles des ingénieurs, médecins ,etc comme de celles des éboueurs.Tous n'ont pas besoin du même enseignement et ne peuvent le suivre! Que signifie le slogan : "égalité de tous!", pour autant qu'un slogan ait une signification!!!Madame Schyns invite-t-elle à sa table la technicienne de surface de son cabinet!!!La mixité scolaire ne peut exister que s'il y a mixité sociale et ceux qui la prône devraient donner l'exemple! Qu'attendez-vous Messieurs Delcor, Marcourt, Demotte,etc??? Prôner la possibilité de donner les mêmes cours à tous en 1° S c'est ignorer que certains réussissent les CEB avec 90 % et d'autres avec 50 % dans les cours FONDAMENTAUX ( MATHS ET FRANCAIS) ET QU'IL EST IMPOSSIBLE D'ASSURER DES COURS DIFFENCIES AVEC 25 élèves! JAMAIS CEUX QUI PRÖNENT ces idées NE LES ONT EXPERIMENTEES! Il serait impératif que les réformes proposées par les uns et les autres soient expérimentées par eux-mêmes avant leur application!!!

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs