Tour de France: Alaphilippe s’adjuge la 3e étape et le maillot jaune, Wellens prend les pois (vidéos)

Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) a remporté la troisième étape du Tour de France, lundi, entre Binche et Épernay (215 km). Le Français s’est imposé en solitaire et endosse le maillot jaune au détriment du Néerlandais Mike Teunissen (Jumbo-Visma). L’Australien Michael Matthews (Sunweb) a pris la deuxième place à 26 secondes, devant Jasper Stuyven (Trek-Segafredo), Greg Van Avermaet (CCC) et le Slovaque Peter Sagan (BORA-hansgrohe).

Avec un départ à Binche, où se trouve le siège de son sponsor principal, l’équipe Wanty-Gobert était particulièrement motivée. Le Français Yoann Offredo le confirmait en attaquant dès le départ de l’étape. Cette première tentative ne réussissait pas.

La deuxième tentative était la bonne. Offredo s’en allait en compagnie de Tim Wellens et de ses compatriotes Paul Ourselin (Direct Energie), Stéphane Rossetto (Cofidis) et Anthony Delaplace (Arkéa Samsic).Après 12 km, ce petit groupe franchissait la frontière et arrivait en France, à Jeumont, avec 2 minutes d’avance sur le peloton.

Tour de France 2019: les plus belles images du départ de la troisième étape à Binche (photos et vidéos)

L’écart atteignait les 6 minutes après 70 kilomètres. Sous l’impulsion de Deceuninck-Quick Step, il allait alors se réduire progressivement.

A 48 km de l’arrivée, alors que l’écart était retombé à 2:20 et que les quatre côtes du jour approchaient, Wellens s’isolait en tête de la course. Le coureur de Lotto Soudal passait en tête au sommet des Côtes de Nanteuil-la-Forêt (4e catégorie), d’Hautvillers (3e catégorie), Champillon (3e catégorie) et Mutigny (3e catégorie), ce qui lui permet d’endosser le maillot à pois du classement de la montagne.

Sur la Côte de Mutigny, qui offrait des secondes de bonification, Alaphilippe attaquait, revenait sur Wellens et se retrouvait seul en tête. Dans le peloton, le maillot jaune Teunissen était lâché.

Alors qu’il restait 15 km à parcourir, Alaphilippe poursuivait son effort. Il prenait une trentaine de secondes d’avance sur le premier peloton. Le Français ne flanchait pas sur l’arrivée en montée (500 m à 8 %) et s’offrait la 29e victoire de sa carrière, la 11e de la saison et la 3e sur les routes du Tour.

Matthews réglait le sprint du peloton à 26 secondes. Stuyven se classait troisième, devant Van Avermaet et Sagan. Avec Xandro Meurisse (Wanty-Gobert) huitième et Wout van Aert (Jumbo-Visma) neuvième, deux autres Belges terminaient dans le top-10.

Au général, Alaphilippe possède 20 secondes sur van Aert et 25 sur le Néerlandais Steven Kruijswijk (Jumbo-Visma). Deux favoris, le Colombien Egan Bernal et le vainqueur sortant Geraint Thomas, tous deux d’Ineos, sont déjà aux avant-postes, respectivement sixième à 40 secondes et septième à 45 secondes. Van Avermaet est huitième à 51 secondes.

Mardi, la quatrième étape sera courue entre Reims et Nancy (213,5 km). Deux difficultés sont répertoriées: la Côte de Rosières (1 km à 7 %) et la Côte de Maron (3,2 km à 5%), dont le sommet est situé à 15 km de l’arrivée.

Sorry, the PDF couldn't be displayed

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Il a remporté la Schwalbe Classic Adelaide ce dimanche. @News

    Par Stéphane Thirion

    Route

    Caleb Ewan veut frapper d’entrée

  • @News

    Par Stéphane Thirion

    Route

    Sam Bennett, la nouvelle attraction de Deceuninck

  • Les coureurs de Circus-Wanty-Gobert peaufinent leur condition à Alfas del Pi.

    Par Eric Clovio, Envoyé spécial à Alfas del Pi

    Route

    Pour Circus-Wanty Gobert, le printemps sera chaud

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe GAFA

  2. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  3. En 2021, le vainqueur de la Coupe de Belgique ne sera plus automatiquement qualifié pour les poules de l’Europa League.

    Gagner la Coupe de Belgique ne mènera plus automatiquement aux poules de l’Europa League

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite