Un nouveau gouvernement bruxellois pour le 21 juillet? Laurette Onkelinx donne des précisions

Laurette Onkelinx et Rudi Vervoort, le 14 juin 2019.
Laurette Onkelinx et Rudi Vervoort, le 14 juin 2019. - Belga

Les représentants des six formations (socialistes, écologistes ; Défi et Open VLD) à la recherche d’un accord de majorité pour les cinq prochaines années en Région bruxelloise ont entamé lundi, peu après 9h30, une nouvelle semaine de discussions qui devrait être décisive.

Raoul Hedebouw veut « une belle tulipe rouge », pas un coquelicot

La discrétion reste de mise sur le contenu des échanges, mais selon plusieurs d’entre eux, cela ne masque pas pour autant une tension entre les différentes délégations.

« Je me retrouve dans l’ambiance de 2014 », a commenté, la cheffe de file des socialistes francophones, Laurette Onkelinx, évoquant, à son arrivée, l’atmosphère positive qui avait entouré les discussions préparatoires à la mise en place de la coalition sortante (PS ; Défi, CDH/ Open VLD ; SP.A ; CD&V).

Coalition coquelicot : le pari est loin d’être gagné pour le PS et Ecolo

Un gouvernement pour la Fête nationale ?

L’objectif est toujours d’aboutir à l’installation d’un nouveau gouvernement régional pour la Fête nationale. « C’est la ligne fixée, mais cela pourra être juste avant ou juste après », a dit prudemment Mme Onkelinx, faisant allusion à l’ensemble du processus parlementaire qui va de la prestation de serment des membres de l’exécutif au vote de confiance en minimum 48 heures.

La semaine dernière, les cinq journées de négociations ont permis de faire un peu plus de la moitié du chemin, de la réécriture, ligne par ligne, en première lecture, du document de base du formateur Rudi Vervoort (PS).

Coalition à Bruxelles : concentrés sur leur propre course, les négociateurs sont absents des festivités du Tour

Les discussions auront lieu durant toute la semaine, sans exclure d’emblée le week-end à venir. Jeudi, les néerlandophones feront une pause à l’occasion de la fête de la Communauté flamande. Les francophones (PS ; Ecolo ; Défi) mettront ce jour à profit pour avancer sur les matières personnalisables gérées au sein de la Commission Communautaire française.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. MELANIE DEBIASIO ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Les Racines élémentaires de Melanie De Biasio: «J’ai perdu ma voix, j’ai vécu le pire, ça m’a rendu forte»

  3. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite