La restauration du célèbre Rembrandt «La Ronde de nuit» a commencé à Amsterdam (photos)

Le célèbre tableau de Rembrandt «La Ronde de nuit» s’apprête à faire peau neuve. Le Rijksmuseum d’Amsterdam a entamé lundi la plus grande restauration jamais réalisée sur cette peinture datant de 1642. Au travers des parois de verre spécialement conçues pour l’occasion, les visiteurs pourront continuer à admirer le chef-d’œuvre du maître néerlandais pendant les travaux.

Prévue pour durer plusieurs années, la restauration de l’immense toile est également retransmise en direct sur internet afin que le monde entier puisse y assister. Plus de deux millions de visiteurs viennent en effet admirer «La Ronde de nuit» chaque année.

Le Louvre Abu Dhabi dévoile un chef-d’œuvre de Rembrandt

Une équipe de 29 personnes, parmi lesquelles des restaurateurs mais également des conservateurs de musée, des spécialistes des sciences naturelles et des photographes, est mobilisée sur ce projet baptisé «Opération Ronde de nuit». Trois membres travaillent chaque jour sur cette œuvre monumentale de 3,8 mètres de haut sur 4,5 mètres de large pour un poids de 337 kilos, précise Katrien Keune, chimiste et membre de l’équipe de restauration.

Le projet, qui coûte plusieurs millions d’euros, est une grande première. Il s’agit du «travail de recherche et de restauration le plus vaste et le plus complet de l’histoire du chef d’œuvre de Rembrandt», a indiqué le musée. Le scanner qui doit cartographier millimètre par millimètre la célèbre toile fonctionnera nuit et jour.

Le Néerlandais Rembrandt Van Rijn (1606-1669) avait reçu en 1642 une commande du capitaine de la milice bourgeoise d’Amsterdam Frans Banninck Cocq pour dresser le portrait des officiers et membres de sa milice. En trois siècles et demi, le tableau a connu une série de déménagements ou tentatives de restauration et a même échappé aux nazis.

La Jeune Peinture belge de 1945 à nos jours

La dernière restauration majeure de l’œuvre remonte à plus de quarante ans, après une attaque en 1975 d’un déséquilibré qui l’avait tailladée à coups de couteau. Pour l’ « Opération Ronde de nuit», les experts vont examiner la peinture grâce à des photographies en haute résolution et à l’aide d’analyses numérisées de la toile et de chaque couche de vernis et de peinture. Ils pourront ensuite déterminer les meilleures techniques de restauration.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20181016-3P4RLN 2018-10-16 16:22:49

    Pourquoi tant de personnes âgées se privent de soins dentaires

  2. Tom Van Grieken (président du Vlaams Belang) et Jan Jambon (N-VA).

    N-VA – Vlaams Belang, le nouvel axe qui inquiète à la Chambre

  3. Dans son Rapport mondial, l’Onusida indique que dans plus de la moitié des pays, moins de 50 % des populations clés ont eu accès à des services combinés de prévention du VIH.

    Le sida marque le pas, mais la lutte patine

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Par Frédéric Larsimont

    Robert Waseige, pour l’amour du 4-4-2 et du bon mot

    Waseige était ainsi fait, caractérisé – parfois jusqu’aux excès de la caricature – par les instantanés captés au vol par le grand public. Lequel, au fil des décennies, les imprimés dans la mémoire collective.

    Robert Waseige était donc un peu tout à la fois. Il était cette robustesse incarnée par son physique trapu d’ancien défenseur, contrastant avec d’étonnantes fragilités, insoupçonnables, lorsqu’il ouvrait soudain son âme lors d’entretiens prolongés. Il était aussi ses saillies passées à la postérité, d’une férocité parfois carnassière. Il était...

    Lire la suite