Dour Festival: la tête d’affiche ASAP Rocky détenu en Suède fait appel de son incarcération

Le rappeur US ASAP Rocky
Le rappeur US ASAP Rocky - AFP

Le rappeur américain ASAP Rocky, soupçonné d’agression après une rixe à Stockholm, a fait appel devant la Cour suprême suédoise de son placement en détention provisoire, a annoncé lundi son défenseur.

Le rappeur est tête de liste au festival de Dour ce dimanche 14 juillet à 23h15.

Vendredi, un tribunal de Stockholm avait ordonné son incarcération le temps de l’enquête au motif qu’il existait « un risque de fuite » à l’étranger.

Son avocat, Henrik Olsson Lilja, avait contesté son placement en détention devant une Cour d’appel, qui l’avait débouté.

Lundi, le conseil a indiqué à l’AFP que son client avait choisi de saisir la Cour suprême.

► Le Dour Festival dévoile toute sa programmation

La raison de sa détention pas correctement justifiée

Selon M. Olsson Lilja, le parquet n’a pas correctement justifié la raison pour laquelle son client risquait de fuir, et fait valoir le manque à gagner subi par le musicien new-yorkais, en pleine tournée européenne.

La plus haute juridiction du pays scandinave doit statuer dans le courant de la semaine.

Certains fans et artistes ont publiquement exhorté les autorités suédoises à libérer ASAP Rocky.

A Londres, où il devait se produire dimanche soir dans le cadre du Wireless Festival, le rappeur Travis Scott a scandé un « Free Rocky » (« Libérez Rocky ! ») sur scène.

Sur les réseaux sociaux, le hashtag #FreeFlacko a fait son apparition, en référence à l’un des surnoms de l’artiste. Le duo hip hop américain EarthGang, programmé à Stockholm pour un concert en septembre, a tweeté « #FreeFlacko or we boycotting Sweden » (#FreeFlacko ou on boycotte la Suède).

ASAP Rocky, 30 ans, de son vrai nom Rakim Mayers, a été arrêté et placé en garde à vue la semaine dernière, en compagnie de trois autres personnes, après une bagarre dans les rues de la capitale suédoise.

Les faits

L’incident s’est produit le 30 juin et a été en partie filmé dans une vidéo diffusée par le média spécialisé dans les célébrités TMZ.

L’artiste y est vu en train de projeter un jeune homme au sol avant de lui asséner plusieurs coups.

Le rappeur a réagi après les faits en postant plusieurs vidéos de l’altercation sur son compte Instagram. Dans ces vidéos, ASAP Rocky demande à plusieurs reprises à deux jeunes hommes de cesser de les suivre.

Il a déjà dû annuler quatre concerts en Norvège, en Pologne, en Irlande et en Angleterre, dans le cadre de sa tournée. Mercredi, il est attendu à Moscou.

Originaire de New York, ASAP Rocky s’est fait connaître en 2011 avec la sortie d’une compilation intitulée « Live. Love. ASAP ». En 2013, il enchaîne avec son premier album « Long. Live. ASAP ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite