Accueil

Elections 2019: le MR se dit prêt à négocier «sérieusement»

A leur tour, les libéraux bloquent la perspective d’un coquelicot. Le CDH doit se prononcer ce mardi. Un refus de sa part ramènerait le MR à la table des négociations avec le duo PS-Ecolo.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

L’opération de fauchage tardif se poursuit dans le champ de coquelicots entretenu depuis plusieurs semaines par le PS et Ecolo, en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles. Après le PTB dimanche, le MR s’est prononcé ce lundi sur les lignes directrices rédigées par les rouges et les verts en vue de la mise en place de gouvernements minoritaires nourris des apports de la société civile et soutenus politiquement de l’extérieur.

En un mot et sans surprise : c’est non ! A sa manière, le ministre régional Jean-Luc Crucke avait tué tout suspense en début de journée : « Le coquelicot, c’est game over ! »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Carré Albin, mardi 9 juillet 2019, 14:53

    Pour clôturer en "beauté" sa brillante carrière en politique belge, Mr Michel pourrait, au niveau fédéral, participer à une tripartite avec la N-VA et le Vlaams Belang, ce serait la cerise sur le gâteau d'adieu de cet individu funeste.

  • Posté par Fuld Daniel, mardi 9 juillet 2019, 14:23

    Je partage le commentaire de M.Deckers Björn, Vu les lignes politiques des différents partis en présence, globalement 2 groupes s'opposent, MR+CDH et PS+Ecolo. Comme le PTB refuse de prendre ses responsabilités, il est disqualifié. Le CDH dit non … mais je ne suis pas sûr que si c'était le MR qui le proposerait, il ne changerait pas d'avis… Le groupe PS+Ecolo devrait rentrer en négociation avec le MR et voir jusqu'où la note coquelicot pourrait être corrigée (Obligations UE, données budgétaires chiffrées…). Faudra aussi voir si à terme la ligne politique MR actuelle sera maintenue. Mais s'il y a blocage, Démocratie oblige, on devra re faire appel aux citoyens pour départager les 2 groupes politiques.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mardi 9 juillet 2019, 8:29

    Avec un PTB qui, c'est très clair maintenant, ne veut surtout pas avoir de responsabilités (il est plus confortable de critiquer sans rien faire), un MR toujours aussi arrogant et prétentieux, le tu-veux-ou-tu-veux-pas d'un CdH en quête de rédemption, un PS qui n'a toujours pas pris la mesure de son inertie dans la problématique des cumuls, et des Ecolos tout farauds d'être dans la cour des grands (mais je me souviens que le précédent ministériel de M. Nollet a été tout sauf une réussite), on est mal barrés.

  • Posté par Debrabander Jean, mardi 9 juillet 2019, 7:29

    On en revient à ce qui était prévu avant les élections, un gouvernement PS/MR. Le semblant de discussion avec le PTB, puis avec les Ecolos aura permis d'atteindre les vacances et de faire retomber le soufflé.

  • Posté par Petitjean Marie-rose, mardi 9 juillet 2019, 7:09

    L'encart "Le poids des chiffres" remet les pendules à l'heure, dénonçant la manipulation effectuée par le parti "du sérieux et du bon sens" (selon la méthode Coué que son président en partance affectionne).

Plus de commentaires

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs