Anvers: cinq individus interpellés pour avoir fait le salut hitlérien

©Belga
©Belga

Cinq hommes ont été interpellés dimanche soir sur le Meir à Anvers car ils y perturbaient l’ordre public. Ces individus âgés de 18 à 42 ans scandaient des slogans racistes, apposaient des autocollants à messages racistes et nazis et faisaient le salut hitlérien.

La police a reçu vers 19h00 plusieurs appels de passants mentionnant le comportement dérangeant d’une poignée d’individus. Les cinq hommes, non-Anversois, sortaient d’un café Grand-Place et collaient des autocollants des organisations d’ultra-droite Voorpost et Right Wing Resistance tout en se dirigeant vers la gare centrale. « Ils scandaient également des slogans de nature raciste et nazie et faisaient le salut hitlérien », a expliqué le porte-parole de la police, Willem Migom.

Les cinq hommes ont été interpellés et placés en détention administrative pour trouble de l’ordre public. Ils se sont également vu dresser procès-verbal pour incitation à la haine. Les cinq individus ont été relâchés un à un dans le courant de la soirée afin d’éviter d’échauffer encore davantage les esprits. Selon le porte-parole, l’affaire est désormais dans les mains d’un service spécialisé de la police qui poursuit l’enquête.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20181016-3P4RLN 2018-10-16 16:22:49

    Pourquoi tant de personnes âgées se privent de soins dentaires

  2. Tom Van Grieken (président du Vlaams Belang) et Jan Jambon (N-VA).

    N-VA – Vlaams Belang, le nouvel axe qui inquiète à la Chambre

  3. Dans son Rapport mondial, l’Onusida indique que dans plus de la moitié des pays, moins de 50 % des populations clés ont eu accès à des services combinés de prévention du VIH.

    Le sida marque le pas, mais la lutte patine

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Par Frédéric Larsimont

    Robert Waseige, pour l’amour du 4-4-2 et du bon mot

    Waseige était ainsi fait, caractérisé – parfois jusqu’aux excès de la caricature – par les instantanés captés au vol par le grand public. Lequel, au fil des décennies, les imprimés dans la mémoire collective.

    Robert Waseige était donc un peu tout à la fois. Il était cette robustesse incarnée par son physique trapu d’ancien défenseur, contrastant avec d’étonnantes fragilités, insoupçonnables, lorsqu’il ouvrait soudain son âme lors d’entretiens prolongés. Il était aussi ses saillies passées à la postérité, d’une férocité parfois carnassière. Il était...

    Lire la suite