Tour de France: «Je ferai de mon mieux avec le maillot jaune sur les épaules», indique Alaphilippe (vidéos)

©Photonews
©Photonews

Julian Alaphilippe a conclu le travail de son équipe Deceuninck-Quick Step par une victoire dans la 3e étape du Tour de France, disputée lundi entre Binche et Épernay, où il a endossé le maillot jaune de leader du classement général.

Julian Alaphilippe voulait initialement faire une belle finale dans les bosses d’Épernay. Le coureur français savait que les candidats à la victoire seraient nombreux en Champagne. « Je savais que ça allait être compliqué », a-t-il indiqué. « J’ai demandé à Dries Devenyns de faire la côte de Mutigny, la dernière du jour, à bloc, alors que Tim Wellens était seul en tête. Son rythme très élevé a asphyxié tout le monde et j’ai même eu besoin d’un court temps de repos avant de repartir. J’ai fait la descente à bloc. Quand j’ai vu, au bas, que j’avais creusé une belle avance, j’ai tout donné pour maintenir mon effort, pour viser la victoire qui s’est accompagnée du maillot jaune. J’ai envie de profiter du moment, car je ne réalise pas encore vraiment ce que j’ai fait. Je vais profiter de la journée de demain et je ferai de mon mieux par la suite avec le maillot jaune sur les épaules. Porter ce maillot était certes dans un coin de ma tête. »

Notamment vainqueur, en 2019, des Strade Bianche, de Milan-Sanremo, de la Flèche Wallonne, Julian Alaphilippe est arrivé sur le Tour de France en pleine confiance. « Je suis très satisfait de mon début de saison, je pense avoir réussi tous mes objectifs. Je sais qu’il y a beaucoup d’attentes et que j’avais la pancarte de favori sur le dos ce matin (lundi, ndlr). Mais je travaille, j’essaie des choses et ça a réussi à Épernay. Je sais que ce sera long et difficile jusqu’à Paris mais je suis déjà très content d’avoir réussi ce que j’ai tenté en Champagne. Nous avons réalisé un bon chrono par équipe à Bruxelles, j’espère qu’Elia Viviani fera un bon sprint dès demain à Nancy, il a passé une bonne journée lundi. Nous sommes là, en effet, pour gagner des étapes. C’est donc bien parti. »

Évoquant son futur et sa reconduction chez Deceuninck-Quick Step, Julian Alaphilippe a confirmé qu’il a prolongé pour deux saisons sa collaboration avec Patrick Lefevere. « Je suis content d’avoir pris la décision et d’avoir trouvé un accord avec lui », a indiqué le Français. « Je pense qu’il est content de ce que j’ai fait. Dans ma décision, j’ai beaucoup pensé à mon passé et à mon futur. J’ai certes refusé des offres qui étaient intéressantes et différentes. Mais je suis ravi de repartir pour les deux années à venir dans mon équipe. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Il a remporté la Schwalbe Classic Adelaide ce dimanche. @News

    Par Stéphane Thirion

    Route

    Caleb Ewan veut frapper d’entrée

  • @News

    Par Stéphane Thirion

    Route

    Sam Bennett, la nouvelle attraction de Deceuninck

  • Les coureurs de Circus-Wanty-Gobert peaufinent leur condition à Alfas del Pi.

    Par Eric Clovio, Envoyé spécial à Alfas del Pi

    Route

    Pour Circus-Wanty Gobert, le printemps sera chaud

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  2. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  3. En 2021, le vainqueur de la Coupe de Belgique ne sera plus automatiquement qualifié pour les poules de l’Europa League.

    Gagner la Coupe de Belgique ne mènera plus automatiquement aux poules de l’Europa League

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite