Neymar sèche la reprise avec le PSG: le club parisien «déplore» l’absence du Brésilien et prendra «des mesures appropriées»

©Photonews
©Photonews

Le torchon brûle entre le PSG et Neymar : le club parisien a déploré l’absence de sa superstar Neymar, annoncé sur le départ, à la reprise de l’entraînement, lundi, et promis de « prendre les mesures appropriées qui en découlent ». Dimanche soir, l’attaquant brésilien était encore à Rio de Janeiro pour assister au sacre de la Seleçao en Copa America grâce à une victoire 3-1 contre le Pérou en finale.

« Le Paris Saint-Germain a constaté que le joueur Neymar Jr ne s’était pas présenté à l’horaire et au lieu convenus, et ce sans en avoir été autorisé au préalable par le Club », a expliqué la formation de la capitale dans un communiqué laconique.

Le père de Neymar a quant à lui affirmé au site de la chaîne Fox Sports que le Paris SG était « au courant » du fait que son fils ne se présenterait pas à l’entraînement lundi mais seulement le 15 juillet.

« Le motif (de l’absence) est connu et prévu depuis un an, dans le cadre des activités de l’Institut Neymar. Nous ne pouvions pas les reporter et il se représentera le 15 juillet. C’est aussi simple ça, pas de polémique. Le PSG est au courant et participe aux activités de l’institut », a affirmé Neymar Senior, peu après un communiqué du club parisien qui déplorait l’absence du joueur et promettait de « prendre les mesures appropriées qui en découlent ».

Le PSG reste ferme

Arrivé en grande pompe à Paris à l’été 2017, contre 222 millions d’euros, le Brésilien a perdu son statut d’intouchable après deux saisons compliquées, entachées par les blessures et des performances décevantes.

Le FC Barcelone, supposé récupérer le joueur cet été, a temporisé par la voix de son président Josep Maria Bartomeu la semaine dernière : « Pour en finir avec tout ce qui sort dans les médias, nous savons que Neymar veut quitter le PSG, nous le savons mais nous savons aussi que le PSG ne veut pas que Neymar s’en aille. Par conséquent, il n’y a pas de dossier ».

Le ton ferme utilisé par le PSG lundi renvoie à une déclaration de Leonardo, redevenu directeur sportif du PSG : « Qu’importe si Neymar est Neymar, si Cristiano Ronaldo est Cristiano Ronaldo. Le club, c’est une institution à respecter. C’est lui qui va guider le projet, ce n’est pas Neymar ».

Une déclaration renforcée par la position du patron du PSG, Nasser Al-Khelaïfi, ce printemps : « Ils vont devoir faire plus, travailler plus. (…) Ils ne sont pas là pour se faire plaisir. Et s’ils ne sont pas d’accord, les portes sont ouvertes. Ciao ! Je ne veux plus avoir de comportements de stars. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Carolos et Brugeois (ici Dessoleil et Vormer) ne se sont plus affrontés depuis un peu plus d’un an et un succès des Zèbres (0-1, but d’Angella) au Jan Breydelstadion.

    Par Maxime Stévenne

    Charleroi

    Bruges au Mambourg, cinq mois plus tard…

  • Ed Woodward et Sir Alex Ferguson.

    Par Rocco Minelli

    Angleterre

    Ed Woodward, le diable de Manchester United

  • @News

    Par François Laurent (avec Ma.St. et VJ)

    Charleroi

    Mata est entré dans une nouvelle dimension

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite