SNCB: la ponctualité des trains en hausse durant le premier semestre 2019

SNCB: la ponctualité des trains en hausse durant le premier semestre 2019

Le chemin de fer en Belgique est plus ponctuel depuis ce début de l’année. Enfin !, diront de nombreux navetteurs, sachant que la marge de progrès reste immense. De janvier à juin, les statistiques de ponctualité dépassent une moyenne de 90 %, oscillant entre 91,6 % (mars) et 89 % (juin). En fait, ce sont les quatre premiers mois de l’année, surtout, qui ont vu plus de trains arriver avec moins de 6 minutes de retard, bénéficiant notamment d’un hiver peu rude. Pour rester sur la vision optimiste du train à moitié à l’heure, le premier semestre 2019 s’inscrit dans les rares bons crus de ces dix dernières années, les 90 % de ponctualité n’ayant été atteints que trois fois ces treize dernières années (partition de la SNCB unitaire). 90 %, ça continue néanmoins à dire qu’un train sur dix démarre toujours avec plus de six minutes de retard.

► Quelles sont les raisons de ces retards?

On rappellera en passant que, dans le contrat de gestion 2008-2012 (le dernier en date… !), « L’objectif pour la ponctualité était le suivant : – 91,0 % pour l’adaptation tarifaire de février 2009 ; – 91,5 % pour l’adaptation tarifaire de février 2010 ; – 92,0 % pour l’adaptation tarifaire de février 2011. » Les éventuels mauvais résultats devaient participer à maintenir les tarifs de la SNCB parmi les plus bas d’Europe. Faut-il s’en réjouir ?

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. 19 décembre 1998, Bill Clinton s’exprime après la décision de la Chambre des représentants d’enclencher une procédure d’impeachment contre lui.

    Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite