SNCB: la ponctualité des trains en hausse durant le premier semestre 2019

SNCB: la ponctualité des trains en hausse durant le premier semestre 2019

Le chemin de fer en Belgique est plus ponctuel depuis ce début de l’année. Enfin !, diront de nombreux navetteurs, sachant que la marge de progrès reste immense. De janvier à juin, les statistiques de ponctualité dépassent une moyenne de 90 %, oscillant entre 91,6 % (mars) et 89 % (juin). En fait, ce sont les quatre premiers mois de l’année, surtout, qui ont vu plus de trains arriver avec moins de 6 minutes de retard, bénéficiant notamment d’un hiver peu rude. Pour rester sur la vision optimiste du train à moitié à l’heure, le premier semestre 2019 s’inscrit dans les rares bons crus de ces dix dernières années, les 90 % de ponctualité n’ayant été atteints que trois fois ces treize dernières années (partition de la SNCB unitaire). 90 %, ça continue néanmoins à dire qu’un train sur dix démarre toujours avec plus de six minutes de retard.

► Quelles sont les raisons de ces retards?

On rappellera en passant que, dans le contrat de gestion 2008-2012 (le dernier en date… !), « L’objectif pour la ponctualité était le suivant : – 91,0 % pour l’adaptation tarifaire de février 2009 ; – 91,5 % pour l’adaptation tarifaire de février 2010 ; – 92,0 % pour l’adaptation tarifaire de février 2011. » Les éventuels mauvais résultats devaient participer à maintenir les tarifs de la SNCB parmi les plus bas d’Europe. Faut-il s’en réjouir ?

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20181016-3P4RLN 2018-10-16 16:22:49

    Pourquoi tant de personnes âgées se privent de soins dentaires

  2. Tom Van Grieken (président du Vlaams Belang) et Jan Jambon (N-VA).

    N-VA – Vlaams Belang, le nouvel axe qui inquiète à la Chambre

  3. Dans son Rapport mondial, l’Onusida indique que dans plus de la moitié des pays, moins de 50 % des populations clés ont eu accès à des services combinés de prévention du VIH.

    Le sida marque le pas, mais la lutte patine

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Par Frédéric Larsimont

    Robert Waseige, pour l’amour du 4-4-2 et du bon mot

    Waseige était ainsi fait, caractérisé – parfois jusqu’aux excès de la caricature – par les instantanés captés au vol par le grand public. Lequel, au fil des décennies, les imprimés dans la mémoire collective.

    Robert Waseige était donc un peu tout à la fois. Il était cette robustesse incarnée par son physique trapu d’ancien défenseur, contrastant avec d’étonnantes fragilités, insoupçonnables, lorsqu’il ouvrait soudain son âme lors d’entretiens prolongés. Il était aussi ses saillies passées à la postérité, d’une férocité parfois carnassière. Il était...

    Lire la suite