Goffin après sa qualification en quarts à Wimbledon: «Une sensation merveilleuse car c’est mon tournoi préféré»

©Belga
©Belga

David Goffin avait le sourire aux lèvres, lundi, à Londres après avoir réussi à se qualifier pour la première fois pour les quarts de finale à Wimbledon. Sur le court N.3, le Liégeois, 28 ans, a coupé l’herbe sous le pied de l’Espagnol Fernando Verdasco (ATP 37), 35 ans, s’imposant 7-6 (11/9), 2-6, 6-3, 6-4 après 2h58 de match.

« C’est une sensation merveilleuse », a-t-il confié devant la presse internationale, après sa victoire. « Qui plus est ici, car c’est mon tournoi préféré. Je savais que j’avais le jeu pour bien jouer sur gazon. Atteindre les quarts de finale pour la première fois, cela représente beaucoup car j’ai vécu des moments difficiles sur le court et en dehors durant plusieurs mois. Là, je suis de retour, en jouant mon meilleur tennis au meilleur moment et au meilleur endroit possible. »

C’est la première fois depuis l’Open d’Australie 2017 que Goffin se retrouve en quarts de finale d’une levée du Grand Chelem. Et comme contre le Russe Daniil Medvedev (ATP 13), vendredi au troisième tour, il a dû s’employer pour y arriver, sauvant notamment 5 balles de premier set.

« Le premier set a été très important et très difficile. J’avais un break d’avance et puis je me suis retrouvé dans les cordes dans le tie-break (ndlr : il a été mené 6-3). Il m’a fallu sauver beaucoup de balles de set et jouer de très bons points pour le gagner. Ensuite, j’ai dû mettre énormément d’énergie dans le troisième, car il jouait vraiment bien à ce moment-là. Et après l’avoir remporté, il a un peu cédé. J’avais plus d’occasions que lui, il ratait plus souvent et je n’ai plus perdu mon service. Bref, j’étais au-dessus. C’était dur mentalement et physiquement, mais je suis très heureux », a-t-il conclu.

« Djokovic sera dur à battre, mais il est humain »

Il défiera mercredi le Serve Novak Djokovic, 32 ans, N.1 mondial et tenant du titre.

« Novak joue tellement bien en Grand Chelem. Il est très dur à battre dans des matches en cinq sets, qui plus est ici sur gazon », a-t-il expliqué devant la presse internationale. « Je pense que quand il joue son meilleur tennis, il est le N.1 mondial et probablement le meilleur. Même pour Roger (Federer, ndlr), il représenterait sans doute le plus grand défi sur gazon. »

Il s’agira de la septième confrontation entre David Goffin et Novak Djokovic, qui ne se sont encore jamais affrontés sur gazon. Le Serbe, lauréat de 15 titres du Grand Chelem, mène par 5 victoires à 1, mais c’est le Liégeois qui a remporté leur dernière confrontation, en quart de finale du tournoi ATP Masters 1000 de Monte-Carlo en 2017.

« Mais Novak est si régulier. C’est pour gagner des tournois du Grand Chelem qu’il joue aujourd’hui », a-t-il poursuivi. « Il est tellement solide. Le Big Three, avec Rafa (Nadal, ndlr) qui est toujours là après sa victoire en trois sets, et Roger également, est très fort. Ils sont en pleine forme et prêt pour briller dans ce tournoi, comme ils l’étaient aussi à Roland-Garros. Ils sont durs à battre, mais ils sont humains. Je suis dans une bonne dynamique et je vais essayer de faire le maximum », a-t-il conclu.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20140610-W4226H

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  3. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite