Tunnel de métro Gare du Nord-place Liedts à Bruxelles: Saint-Josse remettra un avis positif sous conditions

Image d’illustration du métro bruxellois
Image d’illustration du métro bruxellois - Le Soir

La commune de Saint-Josse-ten-Noode remettra un avis positif sous conditions au projet de tronçon de tunnel à percer entre la station « Gare du Nord », et la future station sous la place Liedts, a annoncé lundi le bourgmestre de la commune, Emir Kir (PS).

La commission de concertation portant sur cette partie du projet d’extension du métro bruxellois vers le nord de la capitale se réunira vendredi prochain, le 11 juillet.

Selon M. Kir, la commune remettra un avis positif sous conditions, en tenant compte du point de vue d’associations de riverains quant à elles opposées au projet.

Elle ne veut ainsi pas entendre parler d’une ouverture de chantier avant la fin de ceux qui engendrent déjà actuellement leur lot de nuisances pour les habitants et commerçants, à hauteur du boulevard Pacheco, de la place Saint-Lazare et du square Regina. Elle exige que des mesures soient mises en place pour limiter l’impact sur la mobilité de ce futur chantier, appelé à s’installer dans la durée, et l’accès aux commerces et habitations. Elle demande enfin des compensations financières pour les commerçants.

Des inquiétudes exprimées

Selon Emir Kir, la commune est par ailleurs sensible aux inquiétudes exprimées par le groupement de riverains et associations baptisé « Développement social du quartier Botanique Nord ». Opposé au projet de métro vers le nord, celui-ci déplore le peu de cas fait du sort des populations concernées par les dommages économiques et sociaux du projet. Il estime que les commerces de la rue de Brabant sont en danger de mort et s’inquiète du risque de gentrification à terme de la place Liedts. Regrettant l’absence d’indemnisation des habitants, ce groupement demande par ailleurs une étude approfondie d’alternatives à mettre en oeuvre en matière d’offre de transport de surface.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  3. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite