Charles Michel et Ursula von der Leyen souhaitent une «étroite collaboration» entre les institutions européennes

Une « étroite collaboration » entre les institutions européennes sera nécessaire pour faire face aux défis de taille qui s’annoncent à l’échelon de l’UE, ont affirmé lundi dans un communiqué le futur président du Conseil européen, Charles Michel, et la candidate des 28 à la présidence de la Commission, l’Allemande Ursula von der Leyen.

Lors d’une rencontre au Palais d’Egmont – la première depuis le Conseil européen extraordinaire sur les nominations mardi dernier –, l’actuel Premier ministre belge et la ministre allemande de la Défense ont abordé les futures priorités de l’UE.

Leurs échanges ont porté sur les voies à suivre pour réaliser les principaux objectifs de l’Union, à savoir « la protection des citoyens tout en garantissant les libertés fondamentales, la création de davantage d’emplois, la construction d’une Europe climatiquement neutre, juste et sociale », ainsi que « la promotion des intérêts européens sur la scène internationale », peut-on lire dans un court communiqué.

Des défis de taille

« L’Europe fera face à des défis de taille au cours des prochains mois, comme le Brexit, le prochain budget européen et le dérèglement climatique. Ursula von der Leyen et Charles Michel ont affirmé de concert que les institutions européennes devront travailler en étroite collaboration pour traiter ces questions », conclut ce texte.

M. Michel succédera le 1er décembre prochain au Polonais Donald Tusk à la tête du Conseil européen. Mme Von der Leyen pourrait quant à elle accéder à la présidence de la Commission européenne le 1er novembre à condition que sa candidature rassemble une majorité absolue au Parlement européen. Un vote de l’hémicycle devrait en théorie déjà avoir lieu mardi prochain.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Christophe Collignon.

    Christophe Collignon (PS): «Georges-Louis Bouchez, il veut devenir chef de cabinet au Palais?»

  2. PHOTONEWS_10816652-014

    Auschwitz: quand le progrès industriel exauce la démence d’une idéologie

  3. Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «La procédure de renouvellement de Jean-Paul Philippot n’est en rien entravée»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite