Le dossier d’agression sexuelle contre Kevin Spacey menace de s’effondrer

L’acteur Kevin Spacey
L’acteur Kevin Spacey - PhotoNews

Kevin Spacey évitera-t-il un procès pour agression sexuelle ? L’unique dossier pénal contre l’acteur américain a pris un sérieux coup lundi, après que son accusateur a décidé de ne plus témoigner à la barre de peur de s’incriminer.

L’acteur de 59 ans, dont la carrière a implosé depuis les premières accusations d’agressions sexuelles portées contre lui en novembre 2017, n’était pas présent à l’audience lundi sur l’île de Nantucket, dans le Massachusetts.

C’est dans cette station balnéaire très prisée de la jet-set que la vedette de la série « House of Cards » et du film « American Beauty » est accusée d’avoir, en juillet 2016, mis la main sur le sexe d’un jeune homme de 18 ans employé dans un bar, après l’avoir fait boire.

Son inculpation pour attentat à la pudeur et agression dans cette affaire est intervenue fin 2018, après que plusieurs autres allégations d’agressions sur de jeunes hommes ont émergé dans le sillage du mouvement #MeToo.

Aucune des autres accusations, aux Etats-Unis et à Londres, n’a débouché sur des poursuites pénales pour l’instant.

Un téléphone portable crucial

Dans le dossier du Massachusetts, le téléphone portable de l’accusateur est crucial : l’accusateur l’a utilisé pour filmer l’agression présumée, et la commenter par sms avec sa petite amie de l’époque et un groupe d’amis.

Or ce téléphone, que la défense veut pouvoir examiner, a disparu, ont confirmé lundi le jeune homme et ses parents, tous appelés à témoigner lors de l’audience.

Un policier a affirmé l’avoir rendu à la famille après en avoir extrait toutes les données, mais a reconnu n’avoir pas demandé de récépissé. La famille indique ne l’avoir jamais récupéré.

Interrogé longuement sur ce qu’il avait fait du téléphone et des messages, le jeune homme a assuré ne rien avoir effacé.

Mais, averti que toute manipulation du téléphone pouvait lui valoir des poursuites, il a ensuite invoqué le 5e amendement de la Constitution américaine, qui permet à un témoin de garder le silence pour ne pas risquer de s’incriminer.

Des photos supprimées

La mère du jeune homme, une présentatrice de télévision connue de la région de Boston, Heather Unruh, a elle reconnu à la barre avoir effacé certaines images potentiellement embarrassantes du téléphone avant de le remettre à la police.

Elle a assuré n’avoir rien effacé qui soit lié à l’agression présumée.

Mais l’avocat de Kevin Spacey, Alan Jackson, a insinué que des sms dans lesquels le jeune homme – fan de Kevin Spacey – aurait laissé entendre qu’il était consentant avaient été supprimés.

Le juge n’a pas pris de décision lundi, mais la défense a prévenu qu’elle allait demander rapidement l’abandon des poursuites.

« Tout le dossier est compromis », a affirmé l’avocat Alan Jackson.

Le procureur n’a pas exclu un abandon, mais a demandé au juge « une semaine » pour décider.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le nouveau ministre des pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, a annoncé qu’il allait demander des explications aux CA de Nethys et Enodia.

    Brutélé sur la vente discrète de Voo par Nethys: «On est considéré comme une partie négligeable»

  2. tshisekedi

    Félix Tshisekedi au «Soir»: «Ce n’est pas normal que le Congo soit l’un des pays les plus pauvres du monde»

  3. François Desquesnes et le CDH partagent les ambitions de la majorité, mais dénoncent un manque de clarté.

    François Desquesnes (CDH): «Le texte du PS, du MR et d’Ecolo pour la Wallonie tourne autour du pot»

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite