Le directeur sportif du PSG Leonardo ouvre la porte à un départ de Neymar: «Il peut quitter le club»

©Photonews
©Photonews

Les relations entre Neymar et le PSG sont loin d’être au beau fixe actuellement. Le Brésilien a d’ailleurs séché la reprise des entraînements ce lundi alors qu’il était attendu à Paris. Est-ce bientôt la fin de l’aventure française du Brésilien ? À en croire le directeur sportif du club Leonardo, c’est tout à fait envisageable.

Dans un entretien accordé au quotidien français Le Parisien, Leonardo évoque longuement le cas de Neymar. « Il peut quitter le PSG, s’il y a une offre qui convient à tout le monde », a lâché le directeur sportif du club. « Mais à ce jour, on ne sait ni si quelqu’un veut l’acheter ni à quel prix. Tout cela ne se fait pas en un jour, c’est sûr… » Il a également confirmé qu’il y a eu des contacts « très superficiels » avec le FC Barcelone. « Une seule chose est concrète aujourd’hui : il a encore trois ans de contrat avec nous. Et comme nous n’avons pas reçu d’offre, on ne peut discuter de rien. » Quant à savoir si le joueur a exprimé ses envies de départ, Leonardo répond : « C’est clair pour tout le monde. Mais dans le football, tu dis une chose aujourd’hui et demain une autre… C’est incroyable mais c’est comme ça. »

Leonardo s’est montré très critique par rapport au comportement de son compatriote. « Le PSG veut compter sur des joueurs qui ont envie de rester et de construire quelque chose de grand. Nous n’avons pas besoin de joueurs qui feraient une faveur au club en restant ici. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Pairoj Piempongsant négocie la revente du club à un actionnaire anglais, dont l’identité reste pour le moment secrète.

    Par Sébastien Huzler

    Mouscron

    Mouscron: la reprise ne se fait pas dans l’urgence

  • PHOTONEWS_10836396-034

    Par Didier Schyns

    Standard

    Le Standard doit inscrire au moins 2 buts pour l’emporter

  • ©News

    Par François Laurent

    Anderlecht

    Anderlecht: Vlap peut se reposer sur ses buts, pas sur son niveau de jeu

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGIUM ROYALS PATERNITY TRIAL

    À avoir trop de pères, Delphine Boël n’en a eu aucun

  2. Selon son avocat M
e
 Marc Uyttendaele, «
la souffrance de Delphine Boël est toujours là.
»

    Affaire Delphine Boël: la justice et l’ADN ont eu raison du déni d’Albert II

  3. Les dépenses en soins de santé vont augmenter, en raison des coûts technologiques.

    Manifestation nationale: des experts plaident pour refinancer la Sécurité sociale

La chronique
  • Lettre du Brexit: Cela fait bizarre d’écouter un opéra sans voix

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite