Coalition bruxelloise: après de nouvelles avancées, une issue prévue pour la fin de la semaine

Laurette Onkelinx et Rudi Vervoort (PS)
Laurette Onkelinx et Rudi Vervoort (PS) - Belga

Les représentants des six formations (socialistes, écologistes; Défi et Open Vld) à la recherche d’un accord de majorité pour les cinq prochaines années en Région bruxelloise ont repris leurs travaux mardi après-midi, après 14 heures.

Lundi, leur journée entamée à 9h30 fut longue. Ils se sont quittés vers minuit en continuant d’observer le mutisme auquel ils se sont engagés il y a quelques jours.

On a toutefois appris qu’outre la mobilité, l’économie, l’emploi et la formation, ils ont achevé l’examen des chapitres de l’environnement et du social (au niveau bi-communautaire).

Leurs travaux de mardi seront consacrés, semble-t-il au délicat dossier de la propreté publique. Cela pourrait également les mener tard dans la soirée.

« Jusqu’au bout »

Si l’on en croit la négociatrice socialiste Laurette Onkelinx, interrogée avec insistance à son arrivée sur l’impact de la situation politique en Wallonie, les négociateurs des formations autour de la table iront «jusqu’au bout».

«La négociation a été bien entamée. Elle est constructive», a-t-elle ajouté, laissant entendre qu’il n’était pas question de changer la composition de l’attelage en formation pour y faire entrer le MR.

Une source proche des négociateurs a évoqué une issue positive des discussions pour la fin de la semaine. Des dates commencent à circuler, à titre prévisionnel, au sein des partis, pour organiser des assemblées, conseils, voire congrès de participation au début de la semaine prochaine, voire à peine plus tard. La date-symbole du 21 juillet est toujours dans le viseur de plusieurs négociateurs en vue de l’installation définitive de la future majorité et d’un gouvernement en Région bruxelloise.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite