Goffin, battu par Djokovic en quarts à Wimbledon: «Il était partout, c’est dur quand il joue comme ça»

©Belga
©Belga

Le conte de fées de David Goffin (ATP 23) sur le gazon du All England Club s’est achevé mercredi au stade des quarts de finale de Wimbledon sous les frappes d’une précision chirurgicale de Novak Djokovic (ATP 1), le tenant du titre. Le carrosse s’est même transformé en citrouille pour le Liégeois, qui s’est écroulé après avoir fait le break à 3-3 dans le premier set pour s’incliner 6-4, 6-0, 6-2 après 1h56 de jeu. « Ce n’était pas évident », a-t-il soupiré.

« J’ai tout fait correctement au début du match. Le niveau était d’emblée très élevé et je jouais bien », al expliqué Goffin devant la presse internationale. « J’ai mené 30-0 et la double faute que j’ai frappée est peut-être la seule chose que j’aurais pu éviter. À 4-4, il a commencé à jouer un peu plus long et surtout un peu mieux. Il a mieux servi également. Et c’était difficile de lui tenir tête. Quand vous ne saisissez par une opportunité, comme celle dont j’ai hérité au premier set, il prend confiance et ensuite, c’est dur de suivre. »

David Goffin ne s’en est d’ailleurs jamais remis. Au point de perdre carrément 10 jeux d’affilée, passant de 4-3 en sa faveur à 6-4, 6-0, 1-0 pour Novak Djokovic.

« Il y avait encore des échanges, mais il avait réponse à tout. Chaque point est difficile contre lui », a-t-il poursuivi. « Il faut jouer le point parfait pour le gagner. Il retourne tout le temps dans les pieds et le gazon est très rapide devant la ligne de fond. Il vous met tout le temps sous pression. Et même si vous jouez bien, il continue son travail de sape, long, près des lignes, gauche, droite. Il a un incroyable revers le long de la ligne aussi. Il était partout. Et c’est dur quand il joue comme ça. Mais c’est pour ça qu’il est numéro 1 », conclut Goffin.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Maxim Toller et Renaud Molders-Pierre, les avocats du prévenu, n’ont pas pu plaider.

    Il tue sa mère aimante et ne souhaite pas se défendre

  2. Le producteur bruxellois Sébastien Delloye, l’un des deux associés d’Entre chien et loup.

    Une première série belge sur Netflix: «C’est une opportunité en or»

  3. TENNIS DAVIS CUP COLOMBIA VS BELGIUM SUNDAY PRESS CONFERENCE

    Coupe Davis: la Belgique doit d’emblée… écraser la Colombie

La chronique
  • Le mauvais {œil du cyclone}

    La VRT est dans l’œil du cyclone » titrait récemment la rubrique Info de la RTBF à propos des critiques essuyées par son homologue flamande de la part de certaines personnalités politiques du Nord du pays. « Encore une expression mal utilisée, réagit un copywriter sur Twitter. L’œil du cyclone est l’endroit le plus calme de cet événement climatique. » Ce type de commentaire revient régulièrement, la saison cyclonique s’étendant sur toute l’année en matière de prescription langagière. Si la réalité météorologique est avérée, pourquoi tant de francophones s’en battent-ils l’œil ?

    Ces tours qu’on tient à l’œil

    Nous avons une conscience assez nette de l’évolution sémantique des mots. Lorsqu’une entreprise se veut agile, nous comprenons qu’il ne s’agit pas d’une qualité physique. Si votre...

    Lire la suite

  • Duel Bouchez-Ducarme: le MR s’expose, vertueux mais risqué

    Il faut d’abord saluer le formidable exercice de démocratie. La politique, ça se vit, ça se partage, ça s’expose. Et donc, pour cette raison, la campagne, sur la place publique pour la présidence du MR est un moment remarquable. D’autant plus quand dans quasi tous les autres partis francophones, les successions ont été « monarchiques » : le dauphin s’installait sans surprise sur le trône du Roi sortant. D’autant plus aussi dans un parti, le MR, qui avait ces dernières années cadenassé les discussions internes, gérées d’une...

    Lire la suite