Accueil Belgique Politique

Sander Loones (N-VA) au «Soir»: «La Wallonie a des gens disponibles qui pourraient commencer à travailler»

A l’occasion du 11 juillet, fête flamande, Sander Loones, qui fait partie des théoriciens du confédéralisme version N-VA, défend le projet de son parti comme la meilleure solution pour l’avenir de la Belgique.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 5 min

Juriste de formation et élu député fédéral le 26 mai, Sander Loones est l’un des artisans du plan confédéraliste de la N-VA pour la Belgique. Heureux de voir que le concept percole enfin, jusque dans l’opinion francophone, l’ancien eurodéputé reconnaît qu’il y a encore du travail pour convaincre en Flandre et encore plus côté francophone.

Le confédéralisme de la N-VA reste un concept abstrait pour beaucoup de gens…

On pourrait parler pendant des heures de la définition juridique. Mais la question est de savoir qui a la capacité de définir le niveau responsable. Actuellement, on décide au niveau fédéral des compétences qu’on transfère aux entités fédérées. Le confédéralisme, c’est l’inverse. Les entités fédérées définissent elles-mêmes ce qu’elles font ensemble.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par de SEILLE Benoit, jeudi 11 juillet 2019, 11:25

    Un modèle qui semble intéressant dans la mesure où il permettrait une économie substantielle en représentation politique (beaucoup moins de ministres et seulement trois parlements qui compteraient moins de députés qu'actuellement) qui permettrait de réduire la dette de l'Etat. Une Belgique confédéraliste permettrait aussi de résoudre le problème d'un état fédéral qui actuellement semble de plus en plus ingouvernable tant flamands et wallons s'opposent sur le plan des sensibilités politiques. Une situation qui ne pourra pas durer éternellement dans l'intérêt de tous les belges. En espérant toutefois que la Wallonie ne sombre pas dans le communisme suite à l'aveuglement et au comportement irréfléchi de ses citoyens...

  • Posté par Darcangelo Albano, jeudi 11 juillet 2019, 11:54

    Beaucoup moins de ministres ? Dans quel film ? Moins au fédéral peut-être mais beaucoup plus dans les entités fédérées pour chaque compétence transférée sans parler de la police et de tous les organismes publics à démultiplier.

  • Posté par Oudaert vIVIANE, jeudi 11 juillet 2019, 11:16

    L'opportunité pour la Wallonie ne viendra certainement pas de la Flandre dominé par la nva. La Belgique, on n'y croit plus. Donc, qu'ils fassent sur l'air avec lequel qu'ils nous ont fait du chantage durant des décennies, l'indépendance, ils ont assez profiter de l'état belge.

  • Posté par Van Obberghen Paul, jeudi 11 juillet 2019, 11:15

    Mon Dieu que d'hypocrisie! Et dire qu'il y en a qui vont gober ces sornettes côté francophone; comme ils en ont gobé d'autres pour la 6e réforme de l'état, et la précédente, et la précédente... Le Confédéralisme C'EST l'indépendance de la Flandre. Elle sert à la préparer de telle sorte qu'elle existe dans les faits avant d'exister dans les textes. En ce qui concerne le point 1, pudiquement qualifié de "statut particulier" pour Bruxelles, Le Soir oublie de spécifier ce que ledit "statut particulier" couvre: c'est la cogestion de Bruxelles par la Flandre et la Wallonie. Dans l'interview, Bruxelles n'est jamais citée. Le journaliste n'a même pas jugé bon de poser la question! Honte sur lui. L'hypocrisie est aussi de faire croire que le confédéralisme serait bon aussi pour la Wallonie, ce qui est du foutage de gueule de compétition. L'indépendance de la Flandre est la SEULE conséquence du Confédéralisme et elle ne sera bonne QUE pour les flamands. Et encore, même ça n'est pas démontré.

  • Posté par de SEILLE Benoit, jeudi 11 juillet 2019, 11:40

    Dans la mesure où l'état fédéral semble de plus en plus ingouvernable, ne serait-il justement pas temps que l'ensemble des partis francophones (sauf le PTB) se réunissent pour forger un projet wallon basé sur une région autonome au sein d'un état confédéral, voire un état wallon indépendant? Le problème est que ni les citoyens belges francophones ni leurs représentants politiques n'ont le cran d'aborder eux aussi ces questions qui pourtant deviennent essentielles! Je ne suis pas convaincu qu'un état belge confédéral serait néfaste pour la Wallonie. Aucune des régions autonomes de la Confédération Helvétique ne se plaint de ce statut me semble-t-il! Il est grand temps pour les wallons d'envisager sérieusement de prendre leur destin en mains (et d'arrêter justement de se faire diriger par nos amis flamands)! Ne pensez-vous pas?

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs