Djokovic après sa victoire sur Goffin à Wimbledon: «J’ai trouvé la faiblesse dans son jeu et je l’ai attaqué»

©AFP
©AFP

Novak Djokovic (ATP 1) avait le sourire mercredi à Wimbledon après avoir remporté contre David Goffin (ATP 23) son 70e match sur le gazon londonien et atteint sa 36e demi-finale dans un tournoi du Grand Chelem. Vainqueur 6-4, 6-0, 6-2 en moins de deux heures, le Serbe, 32 ans, tenant du titre, était non seulement satisfait du résultat, mais également de la manière.

« J’ai joué mon meilleur tennis dans ce tournoi lors des deux derniers tours », a-t-il expliqué en conférence de presse. « Particulièrement aujourd’hui, dans les deuxième et troisième sets contre Goffin, qui était en forme. J’ai le sentiment d’avoir réussi à démanteler son jeu et sortir toujours les bons coups. Ce match aurait pu prendre une autre tournure. J’avais un break de retard et il était le meilleur joueur pour la majorité du premier set. Mais je suis parvenu à renverser la tendance. Je l’ai fait jouer à 4-3, j’ai gagné deux ou trois bons points et je me suis libéré. J’ai trouvé les faiblesses dans son jeu et je l’ai attaqué ».

Novak Djokovic, qui brigue un cinquième titre à Wimbledon, retrouvera désormais en demi-finale Roberto Bautista Agut (ATP 22), le métronome espagnol, vainqueur 7-5, 6-4, 3-6, 6-3 de l’Argentin Guido Pella (ATP 26).

« Il est d’une régularité extraordinaire du fond du court », a poursuivi le natif de Belgrade. « Il a également amélioré son revers. Il y a mis plus de profondeur. La balle rebondit aussi plus bas sur gazon, ce qui lui convient mieux. Il a pratiqué un tennis de très haut niveau jusqu’à présent dans ce tournoi. Et il m’a déjà battu deux fois cette année. Cela lui donnera certainement confiance. Sur gazon, évidemment, ce sera différent. Et puis, c’est une demi-finale de Grand Chelem. Je vais essayer de faire parler mon expérience ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Maxim Toller et Renaud Molders-Pierre, les avocats du prévenu, n’ont pas pu plaider.

    Il tue sa mère aimante et ne souhaite pas se défendre

  2. Le producteur bruxellois Sébastien Delloye, l’un des deux associés d’Entre chien et loup.

    Une première série belge sur Netflix: «C’est une opportunité en or»

  3. TENNIS DAVIS CUP COLOMBIA VS BELGIUM SUNDAY PRESS CONFERENCE

    Coupe Davis: la Belgique doit d’emblée… écraser la Colombie

La chronique
  • Le mauvais {œil du cyclone}

    La VRT est dans l’œil du cyclone » titrait récemment la rubrique Info de la RTBF à propos des critiques essuyées par son homologue flamande de la part de certaines personnalités politiques du Nord du pays. « Encore une expression mal utilisée, réagit un copywriter sur Twitter. L’œil du cyclone est l’endroit le plus calme de cet événement climatique. » Ce type de commentaire revient régulièrement, la saison cyclonique s’étendant sur toute l’année en matière de prescription langagière. Si la réalité météorologique est avérée, pourquoi tant de francophones s’en battent-ils l’œil ?

    Ces tours qu’on tient à l’œil

    Nous avons une conscience assez nette de l’évolution sémantique des mots. Lorsqu’une entreprise se veut agile, nous comprenons qu’il ne s’agit pas d’une qualité physique. Si votre...

    Lire la suite

  • Duel Bouchez-Ducarme: le MR s’expose, vertueux mais risqué

    Il faut d’abord saluer le formidable exercice de démocratie. La politique, ça se vit, ça se partage, ça s’expose. Et donc, pour cette raison, la campagne, sur la place publique pour la présidence du MR est un moment remarquable. D’autant plus quand dans quasi tous les autres partis francophones, les successions ont été « monarchiques » : le dauphin s’installait sans surprise sur le trône du Roi sortant. D’autant plus aussi dans un parti, le MR, qui avait ces dernières années cadenassé les discussions internes, gérées d’une...

    Lire la suite