Accueil Monde France

France: le ministre François de Rugy mis en cause pour des dîners privés et de coûteuses rénovations

Le ministre français de la Transition écologique est épinglé depuis ce mercredi dans deux affaires. La première concerne une multitude de dîners fastueux à l’Hôtel de Lassay, l’autre, de coûteuses rénovations dans les appartements privés du ministère à Paris.

Temps de lecture: 4 min

François de Rugy, alors président de l’Assemblée nationale, et son épouse ont multiplié les dîners privés fastueux à l’Hôtel de Lassay entre 2017 et 2018, a rapporté mercredi Mediapart, « un travail de représentation » assumé par le ministre de l’Ecologie.

Documents, photos et témoignages à l’appui, le journal en ligne a recensé une dizaine de ces dîners dans les murs de la résidence du président de l’Assemblée nationale, entre octobre 2017 et juin 2018, qui rassemblaient à chaque fois entre dix et trente invités, appartenant pour l’essentiel au cercle relationnel et amical de son épouse Séverine de Rugy, journaliste au magazine Gala.

A table, homards, champagne et grands crus issus des caves de l’Assemblée nationale, comme un Mouton-Rothschild 2004 apparaissant sur une photo mise en ligne par Mediapart, sur laquelle Mme de Rugy pose. Est aussi évoquée une soirée de Saint-Valentin 2018 du couple Rugy.

« Un travail de représentation »

François de Rugy a mis en avant mercredi « un travail de représentation » requis par ses fonctions de président de l’Assemblée nationale, niant toute « soirée fastueuse », selon un texte transmis à l’AFP par son cabinet.

Ce travail consistant à « rencontrer, représenter aussi l’Assemblée, défendre l’Assemblée nationale auprès de gens de la société civile, c’est normal, je l’assume totalement », a-t-il dit sur France Inter, dénonçant « un article pamphlétaire ».

Il reconnaît « tout au plus une dizaine de dîners informels liés à l’exercice de ses fonctions avec des personnalités issues de la société civile », « le plus souvent une dizaine (deux fois une vingtaine, plusieurs fois moins de dix) (…) issues du monde économique, médiatique, culturel, scientifique, universitaire », selon son cabinet.

Et son épouse « a contribué à l’organisation de ces dîners, comme elle a participé et participe toujours à de nombreuses rencontres officielles ou informelles ».

« Nous n’avons rien à nous reprocher, ni elle ni moi », a insisté le ministre sur France Inter, expliquant que les invités étaient parfois connus d’elle seule, parfois de lui seul, parfois ni par l’un ni par l’autre.

Rugy « conserve bien évidemment la confiance » du président et du gouvernement

La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a assuré mercredi que le ministre de la Transition écologique François de Rugy conservait « bien évidemment la confiance » du président Emmanuel Macron et du Premier ministre, Edouard Philippe.

Dans ces « fonctions de président de l’Assemblée nationale », « il est évident qu’on est amené à avoir des moments de représentation, des moments aussi de contact avec la société civile sous des formes qui peuvent être extrêmement diverses », a expliqué Mme Ndiaye à l’issue du Conseil des ministres. « Il n’y a pas eu de dîners entre amis », « c’étaient des dîners de travail informels avec des personnes qui ont des relations avec une autorité politique », a pour sa part assuré François de Rugy.

François de Rugy se sépare de sa directrice de cabinet après des révélations sur son logement

La directrice de cabinet de François de Rugy va quitter ses fonctions à la demande du ministre de la Transition écologique, après la publication par Mediapart d’un article sur son logement HLM, annonce-t-elle dans Ouest-France.

Nouveau rebondissement dans l’affaire Rugy. Le ministre de la Transition écologique et son épouse ont fait réaliser plus de 63.000 euros de travaux, payés par le contribuable, dans les appartements privés du ministère à Paris.

Mediapart a publié dans la soirée de mercredi des informations concernant un logement HLM à Paris occupé par Mme Klein depuis 2001 et conservé de 2006 à 2018 alors qu’elle n’habitait plus la capitale.

L’ancienne préfète des Pays de la Loire fait valoir dans Ouest-France qu’elle y logeait régulièrement quand elle « revenait à Paris le week-end », mais reconnaît avoir agi ainsi « par facilité et négligence ».

Nicole Klein avait rejoint le cabinet fin 2018 de François de Rugy, lui-même arrivé au ministère en septembre en remplacement du démissionnaire Nicolas Hulot.

« S’il y a des pratiques qui ne sont pas dans le cadre de la loi, bien évidemment c’est choquant et bien évidemment elle devait rendre ses fonctions », a commenté jeudi sur France 2 le patron de La République en Marche, Stanislas Guerini, tout en appelant à attendre d’avoir « tous les éléments » pour « juger ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une