Décès de Vincent Lambert: son épouse sera auditionnée, «une grave erreur», regrette son avocat

L’épouse de Vincent Lambert
L’épouse de Vincent Lambert - AFP

Ce jeudi 11 juillet, le patient français Vincent Lambert est décédé après près de 11 ans en état végétatif. « Le procureur de la République a décidé d’autopsier le corps de Vincent Lambert et d’auditionner Rachel Lambert », a appris ce jeudi l’un des avocats de l’épouse, qui « n’accepte pas » une telle décision.

Décès de Vincent Lambert : ses parents dénoncent un « crime d’Etat »

Cette initiative judiciaire a été prise dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte à la suite de la plainte vendredi des parents Lambert pour tentative d’homicide volontaire en bande organisée.

Les avocats des parents, fervents catholiques farouchement opposés à l’arrêt des traitements, ont déposé le 20 mai et le 2 juillet une plainte pour tentative de meurtre sur personne vulnérable à l’encontre du médecin de leur fils. Le procureur a décidé d’autopsier le corps du défunt et demandé une audition de Rachel Lambert.

L’affaire continue

Cette demande d’autopsie et d’audition marque la poursuite de cette affaire, au grand regret de l’avocat de la femme de Vincent Lambert. « Profondément en colère », Maître Francis Fossier estime ainsi que « c’est une grave erreur de la part de la justice. »

« Vous imaginez vivre un deuil perpétuel et au jour où tout semble apaisé, où on espère une réconciliation des familles, voilà ce qui arrive », déplore l’avocat de Rachel Lambert. Cette tournure judiciaire, « c’est ajouter à la souffrance des gens », appuie-t-il.

« Rachel est abattue par des années de procédure, d’acharnement thérapeutique et de lutte pour faire entendre les volontés de son époux », a déclaré à l’AFP son autre avocate, Me Sara Nourdin. « L’annonce de son décès a été très éprouvante et difficile sur le plan personnel, parce que ça reste la perte d’un être cher, mais elle est aussi triste devant l’acharnement qui continue… Tout ça est très violent », a-t-elle ajouté.

Sur le même sujet
HomicideSystème judicaire
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gwendolyn Rutten, présidente du VLD, entourée de Patrick Dewael, président de la Chambre, Alexander De Croo, ministre fédéral, et Bart Somers, ministre en Flandre.

    Négocier un gouvernement arc-en-ciel? Les libéraux flamands ont la clé

  2. La princesse Astrid, les ministres et une délégation d’hommes d’affaires ont été reçus jeudi au siège du géant chinois Alibaba, au sommet de la Shanghai Tower.

    Mission économique belge: Alibaba en mode séduction pour les entreprises belges

  3. C’était la dernière journée d’audition avant la trêve, jeudi au Congrès américain. Une série de témoignages ont accablé le président Donald Trump tout au long de la semaine.

    Etats-Unis: la procédure de destitution atteint son «moment Watergate»

La chronique
  • Si tu ne vas pas à Montaigne…

    Et si on me foutait la paix ? » Voilà comment Montaigne a réagi, j’en suis sûr, en apprenant que des experts voulaient fouiller son cercueil et analyser ses restes pour vérifier… Vérifier quoi au juste ? Que sa dépouille est celle du magnifique philosophe humaniste bordelais ? Et après ? Même si c’est lui qui repose dans ce tombeau depuis 1592, la Montaigne accouchera d’une souris. Parce que ça leur apportera quoi au juste aux admirateurs des Essais  ? Croient-ils qu’il se redressera pour ajouter un chapitre inédit plein de cette sagesse dont nous avons bien besoin, il est vrai ?

    Peu d’écrivains ont laissé autant de traces que Montaigne. Les fondements des Lumières, la première place donnée à l’individu, on lit tout ça dans ses Essais. « Chaque homme porte la forme entière, de l’humaine condition ». Une réflexion qui résonne d’une singulière actualité dans le climat de violence, d’intolérance et d’égarement que nous traversons.

    Il faut lire et faire lire ses écrits....

    Lire la suite

  • Décret Paysage: vous avez raison Mme Glatigny, changez-le!

    On sait qu’il ne faut pas se fier aux cas particuliers. Qu’une histoire entendue lors d’une réunion de famille ou à un dîner entre amis ne fait pas une tendance. Mais depuis des mois, les cas isolés commençaient à ressembler à une maladie contagieuse. Certains parents d’étudiants universitaires, à la question « en quelle année est-il ? », semblaient répondre : « Je ne sais pas. » Et à « a-t-il réussi son année ? ». « Oui, peut-être, mais non, enfin pas complètement. »...

    Lire la suite