Le président du parlement flamand Van Dijck démissionne, le Vlaams Belang Dewinter le remplace

Le président du Parlement flamand Kris Van Dijck a démissionné de sa fonction, a-t-il indiqué dans une déclaration à Belga. « Les récents événements font qu’il m’est devenu impossible d’agir en tant que président du Parlement flamand (…) Je n’ai jamais rien fait qui n’aille à l’encontre de la loi. Ceux qui me connaissent un peu le savent. Les allégations de ce jour sont totalement incorrectes », a affirmé M. Van Dijck.

Trois heures pus tôt, le président du Parlement flamand avait quitté l’Hôtel de Ville de Bruxelles précipitamment après le discours qu’il a tenu à l’occasion de la Fête flamande.

Alors qu’il s’exprimait devant un parterre de personnalités politiques, « P-Magazine » a publié sur son site internet un article sur sa relation avec une prostituée et la façon dont il serait intervenu en sa faveur dans un dossier de faillite frauduleuse.

La démission du président du Parlement flamand Kris Van Dijck entraîne l’arrivée du premier vice-président, le Vlaams Belang Filip Dewinter, au perchoir de l’assemblée.

Une histoire de prostituée au coeur des débats

La prostituée, qui se fait appeler Escort Lynn, aurait bénéficié de la faillite de la société E-Media qui l’avait recrutée avant de rapidement mettre la clé sous le paillasson. Cette faillite devait, selon P-Magazine, lui permettre de bénéficier du chômage et d’une couverture sociale. « Escort Lynn » s’est adressée au FFE, soit le Fonds d’indemnisation des travailleurs licenciés en cas de fermeture d’entreprises, afin d’obtenir une indemnité de 26.000 euros. Elle a finalement reçu 5.239 euros.

► La fête flamande gâchée par les déboires du président du parlement Kris Van Dijck (N-VA)

Dans ce dossier, M. Van Dijck serait intervenu auprès du ministre de l’Emploi, Kris Peeters, fraîchement nommé, pour faciliter le traitement du dossier. Le magazine publie le contenu de deux courriels entre M. Van Dijck et son amante qui évoquent cette intervention.

La position du président du parlement flamand, élu par ses pairs à cette fonction à la fin juin, était devenue intenable. En quelques jours, c’est la deuxième affaire dans laquelle il est visé personnellement. Il a en effet déjà été mis en cause la semaine passée à la suite d’un accident de roulage survenu alors qu’il était ivre.

Groen et le SP.A avaient déjà fait comprendre qu’il devait démissionner. « La semaine passée, si j’étais lui, j’aurais déjà démissionné après cette histoire de conduite en état d’ivresse. Mais si cette affaire est exacte, Kris Van Dijck est confronté à un vrai problème et sa position paraît intenable », a indiqué le chef de groupe écologiste au parlement flamand, Bjorn Rzoska.

Dans son discours à l’Hôtel de ville, M. Van Dijck a insisté sur l’importance d’un « contexte stable ». « Si cette affaire est exacte, on ne peut plus parler d’un contexte stable. En deux semaines, il apparaîtrait que Kris Van Dijck a enfreint deux fois la loi. Il faut un nouveau président », a souligné le chef de groupe SP.A, Conner Rousseau.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. d-20191008-3WJ5PV 2019-10-08 12:36:39

    Climat: le transport maritime pèse autant que nos voitures

  3. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite