Note coquelicot en Wallonie: «Le MR viendra avec ses propres analyses et propositions», dit Borsus

Willy Borsus (MR) lors de la fête flamande
Willy Borsus (MR) lors de la fête flamande - Belga

Le ministre-président wallon sortant Willy Borsus a énoncé jeudi, dans un entretien avec l’agence Belga, les éléments d’un premier catalogue de revendications s’ajoutant aux éléments de travail de la note Coquelicot proposée par le PS et Ecolo après consultation de la société civile.

► Le MR accepte de rencontrer le PS et Ecolo : « La négociation ne sera pas simple », pointe Willy Borsus

« La note Coquelicot n’est qu’un des éléments de travail parmi d’autres. Nous viendrons avec nos propres analyses et nos propres propositions. Nous ajouterons le pouvoir d’achat, le refus de toute hausse de la fiscalité, les investissements dans les infrastructures telles que les hôpitaux, la diminution du nombre de structures », a indiqué M. Borsus.

« Nous plaidons également en faveur de l’amélioration de la qualité de l’enseignement – nous souhaitons rediscuter du tronc commun et du décret inscription », a-t-il ajouté.

Sur le plan budgétaire

Sur le plan budgétaire, le chef de file namurois dénonce l’absence de note préalable à la note Coquelicot.

« En ce qui concerne la Communauté française, une étude de l’université de Namur prévoit, sans nouvelle mesure, un déficit de 600 millions d’euros pour 2020, et une explosion de 50 % de la dette dans les cinq ans à venir », rappelle-t-il.

Pour M. Borsus, il n’y a plus de temps à perdre alors que 47 jours se sont déjà écoulés depuis les élections. « Nos concitoyens attendent que nous soyons constructifs, que nous cherchions des solutions, que nous proposions un projet pour la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ils attendent des représentants politiques, non des divisions à l’infini, mais la construction de choses fortes ».

« On a perdu beaucoup de temps, le fait d’avoir tenté une coalition avec des communistes a été incroyable et désastreux, et un gouvernement minoritaire ne pouvait pas fonctionner », juge le chef de file réformateur.

« Le message du MR est que nous voulons assumer nos responsabilités même si on sait que ce sera très difficile ».

Le MR répondra positivement à l’invitation du PS

Willy Borsus confirme que le MR répondra positivement à l’invitation du PS de mener avec Ecolo des discussions exploratoires en vue de la formation, le cas échéant, des gouvernements en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles.

En vue du départ le 1er décembre du Premier ministre sortant Charles Michel pour la présidence du Conseil européen, des élections présidentielles seront organisées au MR pour la succession de M. Michel. Le MR peut entrer en ligne de compte pour une série de postes à pourvoir : commissaire européen, Premier ministre en affaires courantes, ministre au gouvernement wallon et en Fédération.

Willy Borsus est cité par nombre d’observateurs comme un candidat sérieux à la présidence du parti. « C’est trop tôt pour évoquer le déploiement des personnes. Il s’agit de travailler d’abord sur les projets puis viendra la question du déploiement des personnes, en dialogue avec elles », a-t-il indiqué.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

  3. FRANCE-LEONARDO-DA-VINCI-EXHIBITION

    Le Louvre met à l’honneur le vrai Léonard de Vinci

La chronique
  • Michel Barnier, missionnaire et poil à gratter: une personnalité qui contraste avec Boris Johnson

    Par Marc Roche

    Dans un coin de ma mémoire de chroniqueur du Brexit, une petite information mise de côté en sachant qu’elle sera utilisée un jour. La nouvelle Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a nommé Michel Barnier à la tête d’une « task force Royaume-Uni » chargée de la finalisation de l’Article 50 de sortie, de la préparation d’un no deal et de la négociation du futur accord commercial entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

    Dans le chaos actuel du processus du Brexit, cette nouvelle a fait l’effet d’un « vent » dans une assemblée de trappistes : déplorable mais sans importance. Le Premier ministre, Boris Johnson, a en effet d’autres chats à fouetter que de se préoccuper de la nouvelle mission qui serait attribuée, après la ratification de l’accord scellé entre Londres et Bruxelles, à celui qui est considéré par les Brexiteurs comme l’ennemi public numéro un.

    De solides inimitiés...

    Lire la suite

  • Une réforme des pensions doit être socialement acceptable

    Les hommes politiques se trompent parfois (pardonnez l’euphémisme). Après tout, ils sont faits du même bois que nous. Mais quand ils annoncent qu’il faut réformer notre système de pensions, ils ont raison.

    Tout a changé

    Notre premier pilier de pensions s’est construit au lendemain du dernier conflit mondial. La période des « Trente glorieuses » lui a donné sa solidité, en même temps que le « Baby-boom...

    Lire la suite