Samir Nasri, nouvelle recrue d’Anderlecht: «Pour redevenir le Nasri d’Arsenal ou City, j’ai juste besoin d’une bonne préparation» (vidéo)

©Photonews
©Photonews

Ça devient une tradition à Anderlecht dans ce mercato : chaque nouvelle recrue est invitée à répondre à dix questions de supporters des Mauves, une séquence publiée ensuite sur les réseaux sociaux du club. Ce jeudi on découvre donc le question-réponse de Samir Nasri, qui a été présenté à la presse mardi dernier. L’occasion pour le Français de se confier encore une fois sur les raisons qui l’ont poussé à s’engager avec Anderlecht, sa première impression du club ou encore, son avis sur Vincent Kompany en tant qu’entraîneur. Morceaux choisis.

– « Le projet sportif de Vincent et du club m’a poussé à venir ici. Il y a beaucoup d’ambitions avec ce club. Le fait de me donner autant de responsabilités pour encadrer les jeunes, c’est quelque chose qui n’a pas de prix. »

– « C’est réducteur, mais pour moi la Belgique c’est Benoît Poelvoorde et les frites. Je ne connaissais pas vraiment le pays, mais je suis agréablement surpris. »

– « Pour redevenir le Nasri d’Arsenal ou de City, j’ai simplement besoin d’une bonne préparation. C’est ce qui m’a manqué ces derniers temps. Je veux enchaîner sans blessures. Le niveau technique et l’envie, ça ne se perd jamais. »

– « Je veux être le plus régulier possible. Je veux jouer le plus de matches possibles de matchs et être décisif. Je veux ramener le club en Ligue des champions et être champion de Pro League. »

– « J’ai été agréablement surpris par les installations, la qualité du staff et des entraînements. J’ai joué à Séville, un club très important au niveau européen, mais leur centre d’entraînement n’était pas de ce calibre-là. »

– « Vincent c’est un gagneur, et un mauvais perdant. Mais c’est quelqu’un de professionnel, qui fait ses choix en son âme et conscience et qui choisira toujours la meilleure équipe pour pouvoir jouer. Je lui promets un très très bon avenir en tant qu’entraîneur »

– « Vincent m’a dit qu’il n’y avait que deux numéros de disponibles. Le 10 et le 14. Vlap a signé juste la veille et a pris le numéro 10. Je ne voulais pas prendre le numéro de quelqu’un, je voulais arriver d’une façon très humble. Donc j’ai pris le 14, un numéro qui me plaît bien en plus. De grands joueurs ont porté ce numéro comme Johan Cruyff ou Thierry Henry. Le numéro, c’est juste un numéro. Le plus important c’est le terrain »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190716-3V2NE5 2019-07-16 14:13:29

    La Lune a marqué les Hommes, ils y ont laissé leurs traces (infographie)

  2. Presse-papier01

    Pour les histoires de cœur, Internet a remplacé l’ami entremetteur

  3. Les seins nus étaient un symbole de libération de la femme dans les années 70. Aujourd’hui, beaucoup de Romandes ne portent pas de soutien-gorge pour leur propre confort.

    A Genève, les seins se passent de soutien

Chroniques
  • A-t-on «bruxellé» sur la Lune?

    Du Brussels Vloms sur la Lune ?

    Nul n’ignore que les prétendus premiers pas de l’homme sur la Lune le 21 juillet 1969 relèvent de la fake news – pardon, de l’infox. Et que le premier à fouler le sol lunaire n’est pas l’Américain Neil Armstrong, mais notre compatriote Tintin, reporter de son état, dont les aventures lunaires ont été contées par Hergé dans les albums Objectif Lune (1953) et On a marché sur la Lune (1954). La vérité ayant repris ses droits, posons-nous une question essentielle : aurait-on parlé bruxellois sur la Lune ?

    Les fidèles de cette chronique connaissent déjà la réponse : le billet de la semaine dernière a...

    Lire la suite

  • Faut-il remettre la main sur la Lune?

    Elle est là depuis les premiers jours de la Terre et elle est le musée des premiers moments de l’Univers. Fascinante, elle est gravée à Lascaux, célébrée en Egypte, niée par l’Inquisition. Verne et Wells imaginent comment sonder son mystère. Méliès en fait une farce philosophique. C’est d’une guerre que naîtront carburants et calculateurs, clés du voyage. C’est d’une autre, froide, que viendra l’accomplissement, dans un délai exceptionnellement court. Les pionniers furent téméraires et, heureusement, un peu chanceux, à dos de Saturn, la...

    Lire la suite