Accueil Monde France

L’autopsie de Vincent Lambert pour clore le drame

Le parquet de Reims a ouvert une enquête sur les causes de la mort du patient. Objectif : éteindre un conflit familial que même le deuil n’a pas résolu.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 5 min

Il n’y aura plus eu de rebondissement. Plus de « remontada », pour reprendre le mot de Jean Paillot, l’un des avocats des parents Lambert. Cette fois, c’est fini. Il était 8 h 24 ce jeudi au CHU de Reims quand Vincent Lambert a cessé de vivre. La France entière était suspendue à son dernier souffle.

Cet homme de 42 ans, infirmier psychiatrique, n’avait rien fait pour être célèbre. Mais ce n’est pas de sa vie que le pays s’était emparé. C’est de sa mort.

L’arrêt des traitements avait commencé mardi dernier. Les sondes qui le nourrissaient et l’hydrataient avaient été débranchées. Seule la bouche était humectée. Le corps, déplacé, pour éviter les escarres. Ce corps qui était promis à une mort lente sous sédation profonde. Une extinction, au sens propre du terme.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Cafagna Luigi, jeudi 11 juillet 2019, 20:34

    Il n'y a pas de quoi se réjouir.

  • Posté par PAEME FREDERIC, jeudi 11 juillet 2019, 17:55

    Ce pauvre homme n'aura donc bénéficié d'aucun respect : ni de ceux qui voulaient le maintenir en vie envers et contre tout, ni de ce procureur qui ordonne maintenant cette autopsie... Puisse-t'il servir de symbole pour une évolution positive de la France en matière d'euthanasie

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs