Coalition wallonne: le formateur Elio Di Rupo va tenter d’agencer la note Coquelicot et les contributions MR

Coalition wallonne: le formateur Elio Di Rupo va tenter d’agencer la note Coquelicot et les contributions MR

Le formateur Elio Di Rupo va tenter d’agencer la note Coquelicot, rédigée par le PS et Ecolo, et les contributions MR, a-t-il indiqué à l’issue d’une première réunion exploratoire entre les représentants du PS, d’Ecolo et du MR en vue, le cas échéant, de former ensemble un gouvernement en Wallonie.

>Coalitions en Wallonie et en FWB: Ecolo accepte de rencontrer le MR lors d’une réunion «exploratoire» avec le PS

«Nous travaillerons en fonction des textes. Il y a le Coquelicot. Mais on ne peut pas demander à la troisième formation politique (le MR, Ndlr): voilà, il ne reste plus qu’à signer. Il y a des contributions additionnelles. Je vais tenter d’agencer les différents aspects», a indiqué M. Di Rupo en quittant le siège du gouvernement de la Communauté française où se déroulait la réunion du jour.

PS et Ecolo ont rédigé, avec la contribution de la société civile, des lignes directrices pour une transition sociale et écologique en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles, qu’ils ont tenté en vain de faire valider par quelques députés extérieurs à leurs formations politiques en vue de former un gouvernement.

Face au refus du PTB et du cdH de les rejoindre, ils se sont tournés vers le MR pour une mission exploratoire pouvant déboucher, le cas échéant, sur des négociations gouvernementales. Attendant un signal depuis 47 jours, le MR a accepté de s’inscrire dans ce processus à la condition que ses propres contributions sur le pouvoir d’achat, la fiscalité, les structures, le budget et l’enseignement puissent être intégrées au travail exploratoire.

Méfiance

Ce rapprochement entre le PS, Ecolo et le MR n’est pas évident alors que la méfiance des socialistes et des écologistes est grande vis-à-vis des réformateurs, après une législature et une campagne électorale électriques.

«Il va falloir être capable de faire chacun des pas vers l’autre, compter sur le temps pour créer un climat de confiance», a estimé jeudi M. Di Rupo. C’est l’objectif de cette première phase de discussion, qui se veut exploratoire, permettant une première prise de contact, a-t-il précisé.

Dorénavant, à l’instar du climat qui entoure les travaux des informateurs fédéraux, les discussions en Wallonie seront menées dans la discrétion.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite