Coalition wallonne: le formateur Elio Di Rupo va tenter d’agencer la note Coquelicot et les contributions MR

Coalition wallonne: le formateur Elio Di Rupo va tenter d’agencer la note Coquelicot et les contributions MR

Le formateur Elio Di Rupo va tenter d’agencer la note Coquelicot, rédigée par le PS et Ecolo, et les contributions MR, a-t-il indiqué à l’issue d’une première réunion exploratoire entre les représentants du PS, d’Ecolo et du MR en vue, le cas échéant, de former ensemble un gouvernement en Wallonie.

>Coalitions en Wallonie et en FWB: Ecolo accepte de rencontrer le MR lors d’une réunion «exploratoire» avec le PS

«Nous travaillerons en fonction des textes. Il y a le Coquelicot. Mais on ne peut pas demander à la troisième formation politique (le MR, Ndlr): voilà, il ne reste plus qu’à signer. Il y a des contributions additionnelles. Je vais tenter d’agencer les différents aspects», a indiqué M. Di Rupo en quittant le siège du gouvernement de la Communauté française où se déroulait la réunion du jour.

PS et Ecolo ont rédigé, avec la contribution de la société civile, des lignes directrices pour une transition sociale et écologique en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles, qu’ils ont tenté en vain de faire valider par quelques députés extérieurs à leurs formations politiques en vue de former un gouvernement.

Face au refus du PTB et du cdH de les rejoindre, ils se sont tournés vers le MR pour une mission exploratoire pouvant déboucher, le cas échéant, sur des négociations gouvernementales. Attendant un signal depuis 47 jours, le MR a accepté de s’inscrire dans ce processus à la condition que ses propres contributions sur le pouvoir d’achat, la fiscalité, les structures, le budget et l’enseignement puissent être intégrées au travail exploratoire.

Méfiance

Ce rapprochement entre le PS, Ecolo et le MR n’est pas évident alors que la méfiance des socialistes et des écologistes est grande vis-à-vis des réformateurs, après une législature et une campagne électorale électriques.

«Il va falloir être capable de faire chacun des pas vers l’autre, compter sur le temps pour créer un climat de confiance», a estimé jeudi M. Di Rupo. C’est l’objectif de cette première phase de discussion, qui se veut exploratoire, permettant une première prise de contact, a-t-il précisé.

Dorénavant, à l’instar du climat qui entoure les travaux des informateurs fédéraux, les discussions en Wallonie seront menées dans la discrétion.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. COP25 à Madrid

    COP25: un échec pour le multilatéralisme et pour le climat

  2. «
Il est temps maintenant d’arrêter les postures disant qu’on veut bien négocier mais qu’on ne négocie pas réellement.
» © Mathieu Golinvaux.

    Sabine Laruelle (MR): «PS et N-VA doivent tomber les masques»

  3. Anna Karina, en 2018.

    Anna Karina, première muse de Godard, ne chantera plus sous le soleil

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite