Coalition wallonne: le formateur Elio Di Rupo va tenter d’agencer la note Coquelicot et les contributions MR

Coalition wallonne: le formateur Elio Di Rupo va tenter d’agencer la note Coquelicot et les contributions MR

Le formateur Elio Di Rupo va tenter d’agencer la note Coquelicot, rédigée par le PS et Ecolo, et les contributions MR, a-t-il indiqué à l’issue d’une première réunion exploratoire entre les représentants du PS, d’Ecolo et du MR en vue, le cas échéant, de former ensemble un gouvernement en Wallonie.

>Coalitions en Wallonie et en FWB: Ecolo accepte de rencontrer le MR lors d’une réunion «exploratoire» avec le PS

«Nous travaillerons en fonction des textes. Il y a le Coquelicot. Mais on ne peut pas demander à la troisième formation politique (le MR, Ndlr): voilà, il ne reste plus qu’à signer. Il y a des contributions additionnelles. Je vais tenter d’agencer les différents aspects», a indiqué M. Di Rupo en quittant le siège du gouvernement de la Communauté française où se déroulait la réunion du jour.

PS et Ecolo ont rédigé, avec la contribution de la société civile, des lignes directrices pour une transition sociale et écologique en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles, qu’ils ont tenté en vain de faire valider par quelques députés extérieurs à leurs formations politiques en vue de former un gouvernement.

Face au refus du PTB et du cdH de les rejoindre, ils se sont tournés vers le MR pour une mission exploratoire pouvant déboucher, le cas échéant, sur des négociations gouvernementales. Attendant un signal depuis 47 jours, le MR a accepté de s’inscrire dans ce processus à la condition que ses propres contributions sur le pouvoir d’achat, la fiscalité, les structures, le budget et l’enseignement puissent être intégrées au travail exploratoire.

Méfiance

Ce rapprochement entre le PS, Ecolo et le MR n’est pas évident alors que la méfiance des socialistes et des écologistes est grande vis-à-vis des réformateurs, après une législature et une campagne électorale électriques.

«Il va falloir être capable de faire chacun des pas vers l’autre, compter sur le temps pour créer un climat de confiance», a estimé jeudi M. Di Rupo. C’est l’objectif de cette première phase de discussion, qui se veut exploratoire, permettant une première prise de contact, a-t-il précisé.

Dorénavant, à l’instar du climat qui entoure les travaux des informateurs fédéraux, les discussions en Wallonie seront menées dans la discrétion.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20181016-3P4RLN 2018-10-16 16:22:49

    Pourquoi tant de personnes âgées se privent de soins dentaires

  2. Tom Van Grieken (président du Vlaams Belang) et Jan Jambon (N-VA).

    N-VA – Vlaams Belang, le nouvel axe qui inquiète à la Chambre

  3. Dans son Rapport mondial, l’Onusida indique que dans plus de la moitié des pays, moins de 50 % des populations clés ont eu accès à des services combinés de prévention du VIH.

    Le sida marque le pas, mais la lutte patine

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Par Frédéric Larsimont

    Robert Waseige, pour l’amour du 4-4-2 et du bon mot

    Waseige était ainsi fait, caractérisé – parfois jusqu’aux excès de la caricature – par les instantanés captés au vol par le grand public. Lequel, au fil des décennies, les imprimés dans la mémoire collective.

    Robert Waseige était donc un peu tout à la fois. Il était cette robustesse incarnée par son physique trapu d’ancien défenseur, contrastant avec d’étonnantes fragilités, insoupçonnables, lorsqu’il ouvrait soudain son âme lors d’entretiens prolongés. Il était aussi ses saillies passées à la postérité, d’une férocité parfois carnassière. Il était...

    Lire la suite